Transport scolaire : malgré la pénurie de conducteurs de cars, la rentrée 2023 sera assurée en Centre-Val de Loire

Si l’intégralité des circuits scolaires semblent assurés, pour la rentrée 2023 ; il manque toujours une centaine de chauffeurs de bus pour que les transporteurs soient sereins en région Centre-Val de Loire.

On se souvient de la dernière rentrée scolaire, "très compliquée" à gérer en matière de transports scolaire. « Pour la rentrée 2023, aucun circuit de transport scolaire ne sera délaissé. Sauf à l’exception d’un arrêt maladie imprévu, mais ponctuel » assure Gilles Lefebvre, Président de la fédération nationale des transports en Centre-Val de Loire. Une amélioration notable, car en 2022, près d’une dizaine de circuits de transport scolaire avait été suspendu. La rentrée 2023 s’annonce donc plus sereine.

Depuis les difficultés de l'année dernière, les transporteurs et la Région Centre-Val de Loire ont mis en place une stratégie de recrutement sur cette année 2022-2023. En passant par la formation d’apprentis, la recherche de personnes éloignées de l’emploi avec Pôle Emploi et la reconversion.

Un diplôme obtenu en 6 mois maximum 

Il faut compter trois mois de formation pour obtenir le permis D (obligatoire pour le transport de personne). Les délais d’obtention du document papier allongent le temps de formation, comme l'évalue Gilles Lefebvre, « nos chauffeurs peuvent conduire six mois après le début de leur formation ». Le seul délai incompressible, c’est le délai d’obtention du permis. Et pour les professionnels des transports, c'est là que des efforts pourraient être réalisés.  « Il faut entre 2 et 3 mois pour obtenir le document officiel, et ça, c'est l’ANTS (l’Agence nationale des titres sécurisés, donc le ministère de l’Intérieur qui gère. » Un délai trop long pour le Président de la fédération nationale des transports en Centre-Val de Loire, Gilles Lefebvre.

Recrutement de chauffeurs de bus de plus en plus jeunes

L’abaissement de l’âge d’accès au permis de 18 à 17 ans (en vigueur à partir du 1er janvier 2024) est aussi une aubaine. Il a permis de privilégier l’apprentissage dans le secteur. Donc le recrutement de chauffeurs de bus de plus en plus jeunes.

Depuis octobre 2022, la Région Centre-Val de Loire a aidé. Elle a formé de nombreux conducteurs de bus grâce à la convention DEFI (Développement de l’Emploi par des Formations Inclusives). Ces formations répondent aux besoins spécifiques des entreprises locales. Et pour Philippe Fournié, conseiller régional et vice-président délégué aux mobilités, aux transports et aux intermodalités, « en deux ans et demi, près de 1700 chauffeurs ont été formés, que ce soit pour du transport de marchandises ou du scolaire ». Un appel d’air bienvenu pour les professionnels dans la région, mais pas suffisant. Alors le recrutement s’est aussi fait en local et quasiment du "sur-mesure".

Des recrutements inédits

Toutes les filières de recrutement ont été envisagées, même les plus surprenantes comme les auto-entrepreneurs et indépendants. Ils ont été attirés par le statut de salariés à mi-temps. « On leur apporte la sécurité sociale, la mutuelle et pour certains, ils peuvent obtenir tout leur trimestre pour la retraite, et en parallèle, ils continuent leur autre activité », précise Gilles Lefebvre. Jardiniers, coiffeurs ou restauratrice d’art, des métiers au statut d’auto-entrepreneur permettent d’être disponible aux horaires des scolaires (6 h 30 - 9h puis 15 h 30 -18h). 

Malgré ces efforts, il manque une centaine de chauffeurs de bus, selon le président de la fédération des transporteurs.  "Pour le moment, les entreprises limitent leur développement commercial, et privilégient le service public. Ce sont des contrats à long terme, et nous devons assurer la continuité de service". 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité