L'Union européenne autorise les agriculteurs bio à vendre leurs semences en 2021

Semis d'une culture de tournesol en agriculture biologique / © Christian Watier - Max PPP
Semis d'une culture de tournesol en agriculture biologique / © Christian Watier - Max PPP

C'est une victoire à la Pyrrhus. Un combat de longue haleine qui vient de connaître son épilogue au Parlement européen. Celui-ci vient de voter la commercialisation des semences paysannes. Au grand dam des semenciers.

Par Theophile Mbaka

Un marché verrouillé

Jusqu'à présent, le géant Monsanto dominait des pieds et de la tête, le marché des semences. C'est simple.Il était quasiment  impossible à un agriculteur de prélever directement dans sa récolte des semences dites paysannes pour les replanter. Il voyait s'abattre sur lui, la colère et le feu du ciel sous la forme de menaces de procès en cascades.
Le marché se décomposait comme suit : "semences de fermes " contre " semences paysannes". On désigne sous le vocable semences de fermes celles qui sont achetées à un semencier; à la différence des semences paysannes.

Les semences de fermes sont dûment inscrites à un catalogue et correspondent à un cahier des charges qui verrouillait un marché plutôt juteux et lucratif.
Ces semences homologuées doivent précise le texte être conformes "aux normes de Distribution, d'homogénéité et de stabilité ".De plus, elles doivent présenter une " amélioration par rapport aux variétés existantes" fin de citation.
En France, c'est le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis) qui a la haute main sur ce trésor avec 3000  variétés de légumes.
 


Déverrouiller le marché

Au propre comme au figuré, c'était la croix et la bannière pour les producteurs de bio d'inscrire une nouvelle semence au catalogue. Financièrement ruineux. Entre 7000 et 15000 euros. Conclusion, il fallait y réfléchir à deux fois avant de s'y aventurer. La plupart le vivait comme Mission impossible;
Pas besoin d'être grand clerc pour comprendre qu'il fallait avoir des reins solides et disposer d'une surface financière pour s'y risquer. Pas étonnant que seuls des géants comme Monsanto ou Dupont et Dow soient aux avants-postes.

 

Ce qui va changer? 

Tout ou presque tout. Les agriculteurs bio n'auront plus besoin de passer par les fourches caudines, complexes et onéreuses de cahiers des charges des semenciers. C'est donc une victoire qui préfigure une montée en puissance de la diversité et surtout de la biodiversité.

Quand on sait que jusqu'à présent "75% des aliments de la planète proviennent de douze espèces végétales et de cinq animales" on peut mesurer l'importance de la décision qui vient d'être votée par les députés européens. L'application commence en 2021 et c'est déjà demain.



Sur le même sujet

Inauguration du centre de formation de l'ADA Blois Basket 41

Les + Lus