Cet article date de plus de 4 ans

Refus du compteur Linky : deux maires déboutés par la justice

Le Tribunal administratif d'Orléans vient d'annuler les délibérations des conseils municipaux de deux communes (Thauvenay dans le Cher et Valencisse dans le Loir-et-Cher) qui s'opposaient à l'installation de compteurs Linky sur leur territoire. 

D'ici 5 ans, 30 millions de français seront équipés de ce nouveau compteur.
D'ici 5 ans, 30 millions de français seront équipés de ce nouveau compteur. © Maxppp
Pour les maires de ces communes qui appliquaient le principe de précaution, les compteurs nouvelle génération seraient dangereux pour la santé. 

Les deux collectivités de Valencisse (Loir-et-Cher) et à Thauvenay (Cher) avaient pris en 2016 des délibérations en conseil municipal pour soustraire leurs administrés à l’obligation de s’équiper de compteurs Linky.

Des compteurs électriques dit « Intelligents » mais qui selon l’association Stop Linky seraient générateurs d'ondes électromagnétiques potentiellement cancérigènes.

Dans un rapport publié en décembre 2016, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement (Anses) a estimé que la probabilité que les compteurs Linky puissent avoir des effets nocifs pour la santé à court ou à court ou à long terme était  "très faible ».  Selon elle, que ce soit en champ électrique ou magnétique, les compteurs Linky sont à l'origine "d'une exposition comparable à celle d'autres équipements électriques", comme une télévision, un chargeur d'ordinateur portable, une table de cuisson à induction.

Environ 35 millions de compteurs Linky doivent à terme équiper les foyers français. Un peu plus de 870.000 avaient été déployés fin mai 2016.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
erdf économie entreprises