Manifestations du 1er mai : des cortèges à Bastia et à Ajaccio, dans un contexte de crise sanitaire

A l'occasion de la journée internationale des travailleurs, ce samedi 1er mai, des rassemblements ont été organisés à Ajaccio et à Bastia, à l'appel des organisations syndicales CGT et FSU.

Une soixantaine de manifestants se sont retrouvés à Ajaccio, ce samedi 1er mai, à l'appel des syndicats CGT et FSU.
Une soixantaine de manifestants se sont retrouvés à Ajaccio, ce samedi 1er mai, à l'appel des syndicats CGT et FSU. © Axelle Bouschon/FTV

Jour de manif en Corse et sur le continent. A l'occasion de ce samedi 1er mai, journée internationale des travailleurs, l'inter-syndicale CGT-FSU a appelé au rassemblement à Bastia et à Ajaccio. Le syndicat FO a appelé à un rassemblement au niveau national, mais n'a pas participé aux marches en Corse-du-Sud.

Dans la cité impériale, les premiers manifestants se sont retrouvés vers 10h à la gare, pour ensuite prendre la direction de la préfecture.

L'année dernière, ces mêmes manifestants avaient été privés de leur rendez-vous, en raison de la crise du Covid-19. Cette année, ils comptent faire entendre leur voix.

Un cortège affaibli par la crise sanitaire ?

En milieu de matinée, une foule de près de 70 personnes avaient pris part au cortège. "On sait très bien que la éeriode est difficile. Mais c’est l'occasion pour nos militants de se retrouver derrière la bannière. Aujourd'hui, c'est compliqué pour l'ensemble des travailleurs. Mais il faut retrouver de la solidarité", réagit Rudy Albertini de la CGT Corse-du-Sud.

Le secrétaire général de la fédération postale et télécommunicante de Corse du Sud veut tout de même positiver : "On est heureux de pouvoir être là. On a symboliquement choisi la formule manifestation. Ça faisait quelques années que l'on se contentait d'un rassemblement. C'est aussi la possibilité de faire un premier mai comme dans le passé. L'année dernière, avec ce que nous avons vécu, c'était impossible."

Alors que le cortège devrait arriver en milieu de journée, Rudy Albertini espère rassembler toujours plus de personnes : "On espère le maximum de monde. On a propose des attestations de déplacements en lien avec la manifestation. Peut-être que certaines personnes ne s'imaginent même pas qu'ils peuvent assister à la manifestation aujourd'hui."

"Les gens ont sans doute peur"

Jean-Michel Medori, secretaire academique du SnEP-FSU en Corse-du-Sud a également remarqué la faible affluence de la matinée : "C’est important que la CGT et la FSU soient présentes. On peut constater qu’il n’y a pas beaucoup de monde avec la crise sanitaire. Les gens ont sans doute peur."

"Le message aujourd'hui, c’est la question de la valeur du travail. Il faut la reconnaître aussi bien dans le secteur public que privé. C'est grâce à ses travailleurs que la société fonctionne. Il faut faire en sorte aussi que les travailleurs puissent vivre de leur travail et qu'ils puissent également s'émanciper", ajoute-t-il.

Le secrétaire académique évoque également les enjeux actuels liés à la crise sanitaire : "Le télétravail peut amener du positif mais il faut faire attention, comme toute chose, aux excès. Il ne faut pas que cela mène à une dérive, cela peut couper les personnels du monde du travail et des relations qu'ils peuvent avoir."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social