• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Francis Castola et des caïds de la Côte d'Azur jugés à Marseille

Marseille, le 25 mars / © BORIS HORVAT / AFP
Marseille, le 25 mars / © BORIS HORVAT / AFP

Vingt-quatre hommes, dont Francis Castola, considéré comme proche du grand banditisme corse, comparaissent depuis lundi à Marseille et pour trois semaines dans le cadre d'une affaire hors norme de trafic de drogue entre le Maroc et la France via l'Espagne.

Par Jean Crozier avec AFP

Vingt-quatre hommes, dont Francis Castola, considéré comme proche du grand banditisme corse, vont comparaître à partir de lundi à Marseille et pour trois semaines dans le cadre d'une affaire hors norme de trafic de drogue entre le Maroc et la France via l'Espagne.

A l'origine de ce dossier, une enquête de la police judiciaire, démarrée en 2009 autour de deux repris de justice soupçonnés d'être à la tête d'un réseau de trafiquants: d'une part le caïd niçois proche du milieu corse, Thierry Derlan, qui s'était fait connaître en s'évadant en juin 1999 en hélicoptère des Baumettes, et de l'autre son comparse, Eric Bertnuy dit "la Tortue".

Tous deux ont été tués par balles en 2010, à Nice pour le premier, et en 2009 à Marbella (Espagne) pour le second.
Les policiers s'étaient alors concentrés sur leurs proches.


4,8 kilos de cocaïne

En septembre 2010, ils avaient pu ainsi interpeller sur une aire d'autoroute près de Narbonne Francis Castola, Krishna Leger et Eric Jourdan, qui rentraient d'Espagne avec une cargaison de 4,8 kilos de cocaïne.

Francis Castola était connu de la police comme étant un proche du grand banditisme corse ayant échappé à un règlement de comptes en juin 2009 à Alata (Corse-du-Sud).

Son frère Thierry et son père avaient tous deux été tués dans des circonstances analogues.

De leur côté, Krishna Leger et Eric Jourdan avaient déjà été lourdement condamnés dans le passé pour des dossiers de stupéfiants. 

Suite à ces premières interpellations, un hélicoptère était saisi près de Cadix en Espagne, et son pilote était mis en examen.


Des liens avec la N'drangheta​

Les enquêteurs de la PJ ont pu établir que l'appareil servait à acheminer du cannabis depuis le Maroc. Le réseau acheminait ensuite la drogue par "go-fast", dans de puissantes berlines aux caches sophistiquées.

De nombreuses écoutes et filatures ont permis l'arrestation de tous les protagonistes de ce dossier.

L'enquête a également pu démontrer que ce réseau avait noué des liens avec la mafia calabraise, la N'drangheta, pour l'approvisionner en cocaïne.


Le début du procès

La présidente du tribunal, Emmanuelle Bessone a commencé lundi 25 mars par entendre deux prévenus comparaissant libres : Claude Lefebvre, considéré comme proche de Thierry Derlan, et Anas Tadini, un joueur de poker professionnel.

Elle a ensuite longuement questionné Diègue Campo, soupçonné d'être "un super VRP" de la drogue.

Francis Castola, dont l'audition est prévue mardi matin avait échappé à un règlement de comptes en juin 2009 à Alata (Corse-du-Sud). Son frère
Thierry et son père ont en revanche été tués dans des circonstances analogues.
Le procès doit durer deux semaines.

Récit de Jean François Giorgetti.
DMCloud:51461
Une filière italo-provençale
Bruno Lombard
Avocat de la Société Hélinord
Jean-Jacques Campana
Avocat de Francis Castola
DMCloud:51265
Drogue et hélicoptère

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : le succès des glaces artisanales et locales

Les + Lus