• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La commune de Lumio à son tour épinglée par la Chambre régionale des comptes

Le village de Lumio, en Haute-Corse / © FTViaStella
Le village de Lumio, en Haute-Corse / © FTViaStella

La Chambre régionale des comptes a rejeté le budget 2013 déficitaire de près de 75 000 euros de la commune de Lumio, pour lequel le préfet de la Haute-Corse l'avait saisie début mai.

Par Romain Jeanticou

Le 2 mai 2013, le préfet de Haute-Corse avait saisi la chambre régionale des comptes (CRC) de Corse suite au vote du budget déficitaire de la commune de Lumio pour l'année 2013. La CRC a déclaré recevable la saisine du préfet et "constaté que le budget n'a pas été adopté en équilibre réel", soulignant un déficit de près de 75 000 euros.

Le 17 juillet, la CRC a rendu publique ses recommandations datées d'une séance du 14 juin. Le document est disponible en bas de page.


Sur le budget principal :

"La plus importante opération d’investissement inscrite est l’aménagement d’un stade de rugby doté de tribunes et de vestiaires commencés en 2011. Les travaux ont pris un retard important aggravé par l’impérieuse nécessité de réaliser des aménagements de voirie. [...] La chambre ne propose pas l’inscription de ces travaux complémentaires au budget 2013 car leur coût prévisionnel est imprécis et parce que les modalités de financement ne sont encore prévues.

A cet égard, la chambre recommande de ne pas réaliser les opérations inscrites au budget voté qui ne sont ni engagées ni indispensables dans l’immédiat, afin de générer des financements. Il appartiendra à la collectivité de prendre les décisions modificatives qui s’imposent.

Sous réserve de cette remarque, les comptes du budget principal sont équilibrés et sincères, la collectivité devant par ailleurs ajuster à la baisse les dépenses de personnel transférées au budget annexe de l’eau et de l’assainissement."



Sur le budget du service de l'eau et de l'assainissement (SEA) :

"La chambre recommande à la collectivité de maitriser ses dépenses et, tout particulièrement, ses charges de personnel très élevées. Elle recommande aussi vivement à la commune de pratiquer une nouvelle augmentation du prix de l’eau pour augmenter ses capacités d’investissement et, surtout, couvrir les dépenses d’exploitation qui augmenteront à court terme avec la mise en service de la nouvelle station de traitement des eaux poluées dont le coût n’a pas été évalué par les services communaux."



Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus