• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Cession de Corse-Matin à La Provence, une “hypothèse” évoquée entre Hersant et Bernard Tapie

Bernard Tapie en mars 2013, après une rencontre avec les employés de Nice-Matin à Bastia. / © Photo Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Bernard Tapie en mars 2013, après une rencontre avec les employés de Nice-Matin à Bastia. / © Photo Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Lundi 7 octobre, le groupe Nice-Matin devrait présenter au personnel un plan de développement sur trois ans accompagné par un volet social potentiellement douloureux. Mais c'est l'hypothèse d'une cession totale du titre rentable Corse-Matin à La Provence qui provoque l'émoi des syndicats.

Par France 3 Corse ViaStella

Bernard Tapie -détenteur à 100% de La Provence et à 50% de Corse-Matin- a indiqué samedi qu'il s'agissait d'une "hypothèse de travail évoquée comme d'autres" avec la famille Hersant. "Il n'y a rien d'arrêté", selon M. Tapie, qui rappelle que la répartition des titres de presse avec la famille Hersant doit encore être finalisée d'ici la fin de l'année.

Bernard Tapie évoque "une grosse affinité avec la Corse" depuis la tragédie du stade de Furiani, mais il souligne être aussi attaché au sort des salariés de Nice-Matin. "Notre filiale Corse Presse, éditrice de Corse-Matin, serait sur le point d'être 'offerte' à Bernard Tapie", affirme de son côté le syndicat SNJ, qui dit avoir "interpellé par écrit Philippe Hersant sur ce sujet.

"Nous redoutions une cure douloureuse d'amaigrissement social, de 183 départs. Sans le flux de trésorerie de Corse Presse, c'est l'anorexie qui nous est promise à court terme", estime le SNJ. Corse-Matin est le titre le plus rentable du groupe Nice-Matin.

Le groupe dont le titre phare est Nice-Matin, détient 100% de Var-Matin, 100% de Monaco-Matin et 50% de Corse-Matin. Philippe Hersant, président de Groupe Hersant Média (GHM), est actionnaire majoritaire de Nice-Matin à 75%, tandis que La Provence détenue par Bernard Tapie en a conservé 25%.
Les syndicats ont l'intention d'obtenir un démenti lundi de la direction sur une éventuelle cession totale du titre corse à La Provence.

"Corse-Matin pourrait servir de monnaie d'échange pour rembourser les dettes de Philippe Hersant", a spéculé un syndicaliste CGT samedi. "Cela serait la porte ouverte à un démantèlement et suicidaire pour le groupe Nice-Matin", a-t-il ajouté. 

Une réponse lundi ? 


Une assemblée générale de tous les personnels a été convoquée en début d'après-midi lundi par l'intersyndicale. L'actionnaire Philippe Hersant et le PDG du groupe Dominique Bernard auront auparavant présenté en matinée leur plan d'ensemble pour redresser l'entreprise déficitaire.

La direction avait annoncé le 20 septembre que trois investisseurs potentiels ont proposé  d'injecter "5 à 10 millions d'euros" dans le groupe. Ils exigent toutefois une réorganisation sociale "avant leur arrivée". Le chiffre potentiel de "200 départs" a été évoqué par la direction et les syndicats. Le groupe Nice-Matin compte plus d'un millier de salariés.

Selon les syndicats, le groupe Nice-Matin devrait finir l'exercice 2013 avec un déficit de plus de 6 millions d'euros.

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus