• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le conseil de surveillance annulé après l'engagement financier des actionnaires

Bateaux de la SNCM dans le port de Marseille (Illustration) / © N.ALLAURI/MAXPPP
Bateaux de la SNCM dans le port de Marseille (Illustration) / © N.ALLAURI/MAXPPP

Après l'annonce du groupe Veolia et de l'Etat, actionnaires de la SNCM, d'abonder la trésorerie de la compagnie maritime, le Conseil de Surveillance prévu dimanche a été annulé, a indiqué la SNCM dans un communiqué vendredi 25 octobre. 

Par Grégoire Bézie avec AFP

"En qualité d'actionnaire de Transdev, je puis vous dire toute ma détermination pour donner les moyens nécessaires à la poursuite pérenne du service public maritime confié à la SNCM", écrit le PDG de Veolia, Antoine Frérot, dans un courrier transmis jeudi à Eugène Caselli.

Selon le président de Marseille Provence Métropole (MPM), Transdev "apporterait 17 millions d'euros" lors du conseil de surveillance consacré dimanche à la situation délicate de la SNCM. Par ailleurs, "l'Etat nous a fait savoir qu'il débloquerait une dizaine de millions", a-t-il précisé.

"La trésorerie de la SNCM sera donc assurée jusqu'en janvier et les discussions sur le projet industriel vont pouvoir reprendre dans un climat plus apaisé", se félicite M. Caselli, qui avait fait part à Veolia de ses "inquiétudes" quant à la situation de la compagnie.

La SNCM s'est tournée vers Transdev pour obtenir un relais de trésorerie de 30 millions d'euros.

Selon le président du directoire de l'entreprise, Marc Dufour, une bonne partie de ses problèmes financiers est due à une créance impayée de 65 millions d'euros de la collectivité territoriale de Corse (CTC).

La compagnie, qui a perdu 14 millions en 2012, pourrait éprouver d'importantes difficultés à payer ses 2.600 salariés et ses fournisseurs sans apport d'argent frais. Elle est de surcroît sous la menace d'une condamnation de la Commission européenne, qui exige de la France qu'elle recouvre 220 millions d'euros d'aides jugées illégales versées entre 2007 et 2013.

Dans un communiqué, la SNCM a fait savoir que les actionnaires de la Compagnie ayant confirmé, "leurs contributions pour abonder la trésorerie à hauteur des besoins exprimés, le Conseil de Surveillance prévu dimanche 27 octobre était annulé.

"Les tensions sur sa trésorerie étant écartées, la nouvelle SNCM poursuit sa mutation par la mise en action de son plan stratégique", poursuit le communiqué.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Fallone

Les + Lus