• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

SNCM: poursuite du mouvement de grève, le fret pris en charge par la Corsica Ferries

Les personnels ont décidé pour la 3ème journée consécutive la poursuite de leur mouvement de grève. Tous les navires de la SNCM restent à quai (cartographie), tandis qu'à la demande des transporteurs insulaires, le fret est pris en charge depuis ce vendredi par la Corsica Ferries. 

Par Grégoire Bézie avec AFP

La grève, commencée mercredi a été reconduite vendredi matin à 70% par l'ensemble des organisations, à l'exception du Syndicat des travailleurs corses (STC).

Selon Maurice Perrin, membre (CFE-CGC) de l'encadrement depuis une trentaine d'années, ce mouvement est "sans précédent (dans l'entreprise), par l'unité qui se manifeste entre toutes les catégories de personnels, marins, officiers et sédentaires".

A la demande des transporteurs insulaires, le fret a été pris en charge à partir de ce vendredi par la Corsica Ferries. La compagnie italienne, concurrente de la SNCM sur la desserte de la Corse, a affrété deux navires supplémentaires à destination du port de commerce de Bastia, où un premier chargement est prévu dans la soirée. 

Troisième jour de conflit à la SNCM
Patrick Panzani, syndicat autonome des marins de la marine marchande; Salim Chikhoune, marin CGT

L'annonce mardi par le Premier ministre de 30 millions d'euros d'apport supplémentaire de l'Etat, loin de rassurer les salariés, a renforcé leurs craintes d'un possible "abandon du plan industriel" décidé par les actionnaires en septembre.

"L'erreur du gouvernement, c'est de penser que le seul problème de la SNCM est un problème de trésorerie. Il ne voit pas le fond du dossier sur l'actionnariat", dit Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC.

"Dans le plan (industriel) validé par le gouvernement en septembre, il y avait la commande de 4 navires, dont 2 en décembre 2013. Cela n'a pas été fait, et ce n'est pas au rendez-vous non plus dans la lettre d'Ayrault, qui dit que l'entreprise doit d'abord se redresser avant de faire l'étude de la construction d'un navire", a déclaré Jean-François Simmarano, représentant CGT des personnels sédentaires.

La direction de la compagnie a annoncé jeudi qu'elle se joignait à la plainte déposée en décembre par la CGT-marins auprès de la Commission européenne "pour aide d'Etat illégale aboutissant à des pratiques anticoncurrentielles", visant tout particulièrement Corsica Ferries.

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec Anna-Livia Donati, Santa di u Niolu

Les + Lus