• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le fond de commerce de la rue du Cirque passe par la Corse

Une(s) de la presse internationale, le 11 janvier 2014 / © ALAIN JOCARD / AFP
Une(s) de la presse internationale, le 11 janvier 2014 / © ALAIN JOCARD / AFP

Après le site Mediapart, plusieurs grands médias accrochent, ce dimanche 12 janvier, la vie privée de François Hollande au grand banditisme corse. Le nom de Michel Ferraci, condamné dans l'affaire du cercle Wagram, aurait figuré sur l'une des boites à lettre d'un immeuble de la rue du Cirque.

Par Jean Crozier

Dans le genre, ce n'est pas" Mafiosa". Plutôt "Engrenages".

Dans la série "on n'en parle pas, cela relève de la vie privée", mais "on vous donne tout de même  tous les détails au cas où", plusieurs médias rivalisent  depuis ce dimanche 12 janvier dans le feuilletonage  et les rebondissements de l'affaire François Hollande - Julie Gayet.

Après Mediapart, Le Point, Le Parisien, 20 Minutes et d'autres nombreux médias ont tous boosté le buzz  de ce 12 janvier.

La palme de la journée revient sans nul doute à Antoine Huot de Saint Albin du magazine en ligne,  "sérieusement féminin", Terrafemina: il titre "Hollande-Trierweiler : l’appartement de Julie Gayet serait lié à la mafia corse".
Hollande-Gayet : de la rue du Cirque à la Corse
Me Pierre Haïk Avocat de Michel Ferracci Par téléphone Récit: Florence Antomarchi

 

Petit rectification dans Le Point

L'avocat de Michel Ferracci - précise ce 12 janvier, en fin de page, Le Point - qui n'a pas été contacté pour la rédaction de l'article tient à nous faire savoir que son client n'a jamais habité ni disposé d'un appartement au 20 rue du Cirque.

Sur le même sujet

ITW - Monte Gozzi : le randonneur disparu retrouvé mort

Les + Lus