• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Stade de Furiani : vive polémique sur un gazon maudit

Furiani, le 28 janvier 2014 / © FTViastella
Furiani, le 28 janvier 2014 / © FTViastella

L'Ile Rousse jouera finalement son huitième de finale contre Guingamp, à Ajaccio, sur le stade François Coty de l'ACA. Le terrain du GFCA n'était pas disponible et la Communauté d'Agglomération Bastiaise a refusé que le match se tienne à Furiani en raison de l'état de la pelouse.

Par Jean Crozier

La décision de la Communauté d'Agglomération Bastiaise suscite une vive polémique.

Dans un communiqué rendu public le 28 janvier le Sporting Club de Bastia est particulièrement critique après la décision de la CAB.
 
Compte tenu de notre élimination de la compétition et du créneau disponible -écrit le SCB- il nous apparaissait en effet  impensable que le Petit Poucet insulaire de la compétition ne puisse cette fois profiter des installations de Armand Cesari, qui plus est lorsqu’on sait que le Sporting supporte une très grande partie des dépenses liées à l’entretien de la pelouse.
C’est pourtant ce que nous avons appris le 27 janvier après-midi à travers le nouveau refus de mise à disposition par la Communauté d’Agglomération de Bastia. Les dirigeants et employés du SCB tiennent aujourd’hui, en leur nom propre et en celui de tout le peuple bleu, à déplorer publiquement cette décision. Ils apportent leur entier soutien à la famille jaune et noire et appellent tous les supporters qui le peuvent à se rendre à Timizzolu le Mercredi 12 Février pour faire gagner la Corse.


Un refus à regret pour la CAB

Pour sa part Emile Zuccarelli, le président de la Communauté d’Agglomération de Bastia, propriétaire du Stade Armand Cesari, répond à la polémique en expliquant ce 28 janvier les raisons qui l'ont amené, à regret, à refuser la tenue du prochain match de Coupe de France Ile-Rousse/Guingamp sur le stade de Furiani.

Ce stade -déclare le président de la CAB dans son communiqué-  accueille déjà deux clubs professionnels le Sporting et le CAB et sa pelouse qui a coûté extrêmement cher est excellente mais encore jeune. Les responsables de son entretien et de son suivi, comme monsieur Cochard, ont formulé par écrit les plus expresses réserves sur le fait de disputer ainsi trois matchs en huit jours à une période pluvieuse qui fragilise la tenue des sols.

Ceux-là même qui protestent contre une décision visant à protéger les intérêts des clubs bastiais et l’argent des contribuables seraient les premiers à m’accabler si demain la détérioration de la pelouse compromettait si peu que ce soit l’activité des clubs bastiais.

Il faut songer qu’une pelouse détériorée ne se remet pas en état en quelques jours et que le coût d’une telle réfection se chiffre en centaines de milliers d’euros à rapprocher du supplément de recette escompté par le club d’Ile-Rousse.
Polémique bastiaise
Joseph Bonavita Dirigeant du SCB Vincent Orabona, par téléphone Président du FBIR Léon Lucciani, par téléphone Vice-président de l'ACA Reportage : André Casabianca et Marc Lasbarerre

L'AC Ajaccio remercié par la Ligue Corse de Football

Le Président de la Ligue Corse de Football, Jean René Morachini remercie, pour sa part, les dirigeants de l'AC Ajaccio qui, une fois de plus mettent à disposition leurs installations au profit d'un club amateur.
Sans ce geste de solidarité -souligne-t-il- le FB l'Ile Rousse aurait été contraint de jouer à Guingamp.

Sur le même sujet

Décharges sauvages : le combat, parfois solitaire, des maires corses 

Les + Lus