• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Assassinat à Sartène : le cinquième homicide de l'année

Dans les environs de Sartène, le 14 avril 2014 / © AFP PHOTO / STRINGER
Dans les environs de Sartène, le 14 avril 2014 / © AFP PHOTO / STRINGER

Georges Moretti, âgé de 58 ans, ancien militant nationaliste, a été  abattu par balles  dans sa voiture lundi 14 avril vers 17 heures près de  Sartène en Corse-du sud. Les enquêteurs privilégient la thèse du règlement de compte au sein du banditisme.

Par Jean Crozier avec AFP

Georges Moretti, 58 ans, a été tué vers 16H3 0 au volant de son véhicule 4X4, sur la route de Serragia, alors qu'il revenait de l'une de ses propriétés dans laquelle il possède une oliveraie, à une vingtaine de kms au Sud de Sartène.

Atteint de plusieurs balles à la tête, le ou les tireurs ne lui ayant laissé aucune chance, la victime est décédée rapidement après son agression.

Les secours avaient été alertés par un automobiliste ayant vu le 4X4 près de l'embranchement avec la route menant à la propriété de Georges Moretti et de la RN 196, près de l'un des plus fameux et convoités sites touristiques de Corse, le golfe de Roccapina, dans l'extrême-sud.

Un représentant du parquet d'Ajaccio s'est rendu sur place où le véhicule de la victime a été entouré d'un important dispositif de sécurité.

Des techniciens de l'identification criminelle ont effectué les habituels prélèvements d'indices et pris les diverses mesures notamment de balistiques nécessaires à l'enquête.
L'enquête sur l'assassinat de Georges Moretti
Xavier Bonhomme Procureur de la République d'Ajaccio Reportage : Marie Françoise Stefani et Olivier Lopez...

Georges Moretti assassiné à Sartène
Récit : P. Simonpoli

Un ancien militant nationaliste connu des services de police et de justice​

L'un des fils de Georges Moretti, Anthony, avait été victime en juin 2013 d'une tentative d'homicide à Sartène. Il a été mis en examen par  la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille dans un dossier criminel.

Georges Moretti avait lui même été condamné à cinq ans de prison après une opération de "représailles du Front de libération nationale de la Corse
(FLNC) à la prison d'Ajaccio, en 1984.

Arrêté en flagrant délit, il avait été condamné pour avoir été fait le guet à l'extérieur de l'établissement à l'intérieur duquel un commando du FLNC avait vengé l'un de leurs frères d'armes, Guy Orsoni, enlevé et assassiné par des hommes liés au milieu et qui avaient été arrêtés et incarcérés dans cette prison.

Georges Moretti avait ensuite rejoint le Mouvement pour l'autodétermination créé par Alain Orsoni, frère de Guy, puis dissous. Alain Orsoni est aujourd'hui président du club de football de L1 Athlétic Club d'Ajaccio.

Dans la vallée d'Ortolo, près du hameau de Ghjunchetto, le 14 avril 2014 / © FTViastella
Dans la vallée d'Ortolo, près du hameau de Ghjunchetto, le 14 avril 2014 / © FTViastella



Le cinquième homicide en Corse depuis le début de l'année

L'assassinat de  Georges Moretti fait craindre aux enquêteurs une reprise des règlements de comptes dans la région de Sartène et du golfe du Valinco voisin, traditionnels théâtres, très touristiques et hautement criminogènes, de règlements de comptes entre groupes rivaux, souvent sur fond d'immobile et de BTP.

En visite à Ajaccio, la ministre de la Décentralisation et de la Réforme de l'Etat, Marylise Lebranchu, a déclaré que "le ministre de l'Intérieur,
Bernard Cazeneuve, allait continuer l'action de Manuel Valls (...) car nous ne tolérons pas la violence, ni d'origine terroriste, ni liée à des mafias".

M. Cazeneuve, a ajouté Mme Lebranchu interrogée par France 3 Corse, "va s'engager (...) à mettre en oeuvre les nouveaux moyens prévus  pour pouvoir
éradiquer rapidement la violence qui empoisonne la vie des Corses".

Un homme avait été blessé par balles le 3 avril dans le centre de Sartène où il venait de stationner sa voiture.

Les auteurs des tirs s'étaient enfuis et une voiture calcinée avait ensuite été découverte avec arme à l'intérieur dans les environs de la ville.

Aucune indication n'a filtré sur l'enquête en cours.

Cinq personnes ont été tuées par balles en Corse depuis le début de l'année.

Dix-sept homicides et quatorze tentatives y ont été commis en 2013.

La plupart de ces affaires n'ont pas été élucidées.

Sur le même sujet

Centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu, dialogue de sourds

Les + Lus