CORSSAD : la CGT maintient ses accusations et dénonce une "pratique scandaleuse, mensongère et menaçante"

Les salariés de l'association CORSSAD manifestaient ce jeudi  24 avril devant le siège de l'entreprise à Bastia. En mars dernier, le Parquet  a ouvert une enquête préliminaire, afin de faire toute la lumière sur la situation financière de cette association d'aide à la personne. 

Les salariés de l'association CORSSAD qui emploie près de 600 personnes sur l'ensemble du territoire insulaire, ont manifesté, à l'appel de la CGT, ce jeudi 24 avril devant le siège de l'entreprise, avenue Emile Sari, à Bastia.

Cristina Defendini Déléguée du personnel et élue du Comité d'entreprise (CGT) Michel Orsoni Administrateur de la CORSSAD Ancien président de 1997 à 2007 Reportage : Anne Marie Leccia et Guillaume Leonetti


Suspicions de fraudes 

"Pour de meilleures conditions de travail et l’augmentation des salaires, mettons fin au règne de ces dirigeants qui se remplissent les poches sur notre dos" (sic)  titre le tract de la CGT à cette occasion, dénonçant la gestion de la direction.

Les salariés du CORSSAD -souligne un communiqué de la CGT publié le 18 avril dernier-   subissent depuis trop longtemps une gestion du personnel scandaleuse. Lors des élections des représentants des salariés le 12 novembre dernier, nos dirigeants se sont livrés à des fraudes manifestes pour empêcher que la lumière soit faite sur leur gestion douteuse. La police financière a été saisie et une perquisition a été opérée au siège du CORSSAD.
Les articles de presse ont révélé que le couple de dirigeants percevait plus de 30 000 euros mensuels soit 4 fois plus que le maximum autorisé, alors que les centaines de salariés de l’entreprise vivent le plus souvent avec moins de 1000 euros par mois.














Ancien président de 1997 à 2007 Propos recueillis par Pierre Nicolas.

Dans le même temps les lois sociales élémentaires ne sont pas appliquées -ajoute la CGT.

• Le maintien du salaire en cas de maladie prévu par la convention collective  (CC) n’est pas respecté.
•  Les aides ménagères sont même contraintes de payer de leur poche les gants de travail et les blouses. Pourtant la CC spipule clairement que l’employeur doit procurer ces équipements.
•  les indemnités de déplacement sont minorées. Les titres de transport qui doivent être pris en charge à 50% ne le sont pas.
• Le temps de trajet entre 2 bénéficiaires doit être comptabilisé en temps de travail .
• Les jours de congé de fractionnement prévus par la loi ne sont plus attribués.
• La prime de transport n’est pas versée en cas de maladie contrairement à la pratique dans les autres structures et administrations.
• Les garanties contractuelles de rémunération ne sont pas respectées et les heures supplémentaires rémunérées à +25% non plus.
• Le budget du comité d’entreprise n’est ni conforme ni transparent et cela au détriment des salariés.




Protestation des salariés du CORSSAD


Une perquisition des locaux de la Corssad a eu lieu le 25 mars à Bastia.
Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Bastia sur la gestion de cette association d'aide à la personne afin de vérifier si d'éventuelles malversations ont été commises à sa tête. L'enquête porte en particulier sur des salaires importants qu'auraient perçu les dirigeants en 2013.