• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La suspension d'Ange de Cicco jette le trouble sur la gestion de l'OEHC

ILLUSTRATION - L'Office d'Equipement Hydraulique de Corse (OEHC) à Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA
ILLUSTRATION - L'Office d'Equipement Hydraulique de Corse (OEHC) à Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA

Situation absurde pendant quelques heures à l'Office d'Equipement Hydraulique de Corse (OEHC), où Ange de Cicco a indiqué jeudi matin être "encore le directeur" n'ayant pas été avisé de sa suspension, avant la réception d'un courrier officiel l'indiquant en fin d'après-midi.    

Par Grégoire Bézie

Situation déroutante dans les couloirs de l'OEHC jeudi matin. Son directeur Ange de Cicco indique bien avoir été informé de sa suspension par voie de presse, mercredi soir, en découvrant l'arrêté pris par le président du Conseil Exécutif de Corse, Paul Giacobbi.

Pour autant, il est à son bureau. "Je suis venu car je suis encore à cet instant le directeur de l'OEHC malgré la publication dans la presse hier au soir, car je n'était pas informé, je ne suis notifié de rien", a-t-il précisé.

Il semblerait que l'on veuille soit tuer, soit détruire un homme et par conséquent une famille

L'épilogue est tombé peu avant 16h. Ange de Cicco s'est vu officiellement notifier par courrier qu'il était suspendu de ses fonctions. "Je suis un petit peu perplexe par rapport a cette suspension, il n'y a pas de mouvement social, pas de stress" a-t-il réagi.

"J'ai une drôle d'impression, il semblerait que l'on veuille soit tuer, soit détruire un homme et par conséquent une famille. Dont acte. Humainement qui ne serait pas blessé par ce type de situation ? Cela fait trois ans de procédure", a-t-il ajouté

Moins de 15 jours après avoir été rétabli dans ses fonctions, Ange de Cicco a été à nouveau suspendu par Paul Giacobbi compte-tenu du "risque imminent de troubles sociaux graves que présente le maintien à son poste", peut-on lire dans l'arrêté pris par le président du Conseil Exécutif. 

Reportage d'Emilie Arraudeau, Eric Proenca, Anne-Laure Louche
Nouvel épisode du feuilleton social de l'OEHC
Ange de Cicco, directeur de l'OEHC (suspendu); Emmanuelle De Gentili, conseillère exécutive - Présidente de l'OEHC; Jean-François Gandon, représentant STC à l'OEHC


Vive réaction de la présidente de l'OEHC

La présidente de l'OEHC, Emmanuelle de Gentili a pour sa part déploré une situation qu'elle indique avoir également découverte, bien qu'étant membre du Conseil Exécutif de Corse. 

"Je prends acte, par la presse, de la volonté du Président du Conseil Exécutif de suspendre, hier, une nouvelle fois M. De CICCO pourtant réintégré par lui-même le 13 février", indique-t-elle dans un communiqué.

Emmanuelle de Gentili déplore "un feuilleton administratif et judiciaire qui, à ce jour, a couté plusieurs dizaines de milliers d'euros d'argent public", et qui va avec ce nouvel arrêté "ouvrir une nouvelle phase coûteuse en termes humains et financiers".

"Je suis convaincue qu'il vaut mieux un bon accord qu'un mauvais procès", ajoutant que "quant à l'ambiance de l'établissement, les agents sont plus déstabilisés par la non-résolution de la situation que par l'arrivée de M. de Cicco".  

A lire aussi

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus