L’Agence de Tourisme de la Corse élabore une nouvelle stratégie pour l’Ouest

Calanques de Piana / © Maxppp
Calanques de Piana / © Maxppp

La présidente de l'Agence de Tourisme de la Corse (ATC) a rendu visite aux différents acteurs de l'intercommunalité de Spelunca-Liamone ce lundi. C'est la première visite depuis la mise en place de la loi NOTRe. Le but : élaborer une stratégie touristique patrimoniale.
 

Par P.S.

Le golfe de Porto, ou les calanques de Piana… L'Ouest Corse regorge de ressources naturelles et culturelles d'exception. Pour l’agence de Tourisme de la Corse (ATC), l’enjeu est d’attirer les visiteurs, tout en préservant les richesses. Et pour cela, créer une identité touristique durable.
L’Agence de Tourisme de la Corse élabore une nouvelle stratégie pour l’Ouest
Intervenants - Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l'Agence de Tourisme de la Corse // Antoine Versini, maire de Cristinacce_____________ Equipe - Laura Brunet, Lionel Luciani
 

Identité touristique

« Les touristes viennent ici d’abord pour les paysages et pour l’environnement. Donc il faut préserver cet environnement absolument, quitte à réfléchir à des systèmes de quotas, de gestion des flux, il faut absolument préserver cet environnement. En terme d’image, ça reste aujourd’hui la seule île verte de méditerranée et il faut absolument préserver cela », estime Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l'Agence de Tourisme de la Corse.

Un challenge de taille pour la plus grande intercommunalité de Corse, qui regroupe 33 communes sur 917 km2 et pas moins de 8000 habitants. Bémol : le secteur représente seulement 7% des séjours et des nuitées sur l'île, victime d'un tourisme de contemplation, peu rentable économiquement.
 

Sentiers ludiques

Pour répondre à cette problématique, plusieurs projets financés par l'ATC sont en cours. La commune de Cristinacce, est en train de mettre en place des sentiers ludiques, pour valoriser le patrimoine.

« Tout le long sentier il y aura des tables d’orientation, d’explication, pour expliquer ce qu’était la vie des bergers, la transhumance, les estives. Il y aura aussi une table sur les aménagements forestiers », précise Antoine Versini, maire de Cristinacce « Il faut raisonner mer/montagne parce que beaucoup de gens viennent sur le bord de mer, il faut les amener en montagne. L’intérieur c’est notre âme, c’est la vie du rural, montrer nos richesses,  patrimoniales, le savoir-faire culturel »

Axer sur un tourisme patrimonial, pour à terme, étendre la saison touristique, du printemps à l'automne.


 

Sur le même sujet

Les + Lus