Ajaccio : "C'est quoi ce sport ?"

La Fête du sport s'est déroulée samedi 11 septembre à Ajaccio, sur la place de Gaulle. L’occasion de découvrir des disciplines moins populaires dans l’île que le football ou le tennis. Reportage.
À Ajaccio, la fête du sport s'est déroulée samedi 11 septembre, sur la place de Gaulle.
À Ajaccio, la fête du sport s'est déroulée samedi 11 septembre, sur la place de Gaulle. © Alain Stromboni

Annulée l’an passé en raison de la pandémie, la Fête du sport a cette fois pu retrouver son terrain préféré, en l’occurrence celui de la place de Gaulle, à Ajaccio.

Samedi 11 septembre, la chaleur n’a pas eu raison des nombreux curieux venus, pour certains, découvrir des disciplines beaucoup moins connues et médiatisées que le football, le tennis ou le handball.

"C’est quoi ce sport ?", lance un petit garçon à son papa en passant devant le stand du Roller Hockey Club du Pays Ajaccien. Là, sur un petit terrain délimité par des plots, de jeunes adolescents agitent chacun leur crosse perchés sur des rollers. "C’est une sorte de hockey sur glace mais avec des patins à roulettes, explique Lucie Lefebvre, trésorière du club créé il y a six ans. On développe, on a pas mal de jeunes et aussi une section adultes. C’est un sport que l’on peut commencer à 7 ans. Une maman psychomotricienne me disait que c’était ultra complet et très bien pour la mobilité, notamment au niveau du maniement du palet. Pour nous, venir dans une manifestation comme celle-là nous permet de promouvoir notre discipline qui est moins connue en Corse."

La Corse compte un seul club de Roller Hockey.
La Corse compte un seul club de Roller Hockey. © Alain Stromboni

Quelques mètres plus loin, le discours est similaire chez les membres d’I Guerrieri, le club de football américain d’Ajaccio. "Ça amène un peu de visibilité, c’est bien, confie Lucas, joueur de l’équipe. Après, nous, on vise davantage les adolescents et les adultes. Là, il y a beaucoup de très jeunes. Ce qu’on aimerait, c’est pouvoir redévelopper notre sport dans l’île."

Une manière de rappeler que le foot US y avait rencontré un certain intérêt il y a quelques années. "Quand on avait créé le championnat, il y avait quatre équipes, indique Kees, qui pratique depuis une douzaine d’années. L’engouement était monté assez rapidement avant de retomber un petit peu comme ça arrive souvent. Les clubs de Calvi et Corte n’ont pas survécu à cette baisse. À Calvi, dans l’équipe, il y avait pas mal de légionnaires et de gendarmes qui sont partis. À Corte, on a eu le même problème, mais avec les étudiants. Y compris moi qui suis redescendu à Ajaccio à la fin de mes études." 

Et Kees d'ajouter : "on essaie de développer des petites structures sur toute la Corse. L'idée serait de se déplacer dans d’autres villes pour faire découvrir notre sport et peut-être motiver des personnes à créer des clubs."

Lucas, Kees et Anthony (de gauche à droite) sont licenciés au club de football américain I Guerrieri.
Lucas, Kees et Anthony (de gauche à droite) sont licenciés au club de football américain I Guerrieri. © Alain Stromboni

Entre Corse et continent

Aujourd’hui, les joueurs d’I Guerrieri doivent partir sur le continent pour disputer leurs matches dans un championnat amateur. Idem pour la centaine de licenciés du Roller Hockey Club du Pays Ajaccien. "Les adultes sont en championnat N4, précise Lucie Lefebvre. Les jeunes, pour l’instant, ne sont pas intégrés dans un championnat. Avec le Covid, c’était compliqué. Généralement, on les envoie faire des tournois amicaux sur le continent avec d’autres équipes. Nous sommes rattachés à la ligue PACA car nous n’avons pas de ligue en Corse. On aimerait en avoir une sur place…"

Le baseball, lui, vient d’obtenir la sienne. Ce qui ravit Philippe Mendes, responsable des Imperatori d’Ajaccio. "Nous avons maintenant une ligue Corse puisque nous sommes 5 clubs dans l’île, souligne le chef de file de l’équipe ajaccienne qui disputera son premier match de la saison le 3 octobre à Bastia. Avec l’appui d’une ligue et d’une fédération qui nous soutiennent dans notre démarche, cela nous permet de grandir. Cette année, on accueille les enfants à partir de 6 ans. Auparavant, nous ne faisions que les adultes."

En Corse, parmi les cinq clubs, on compte près de 130 licenciés. 

"Il y a de l'intérêt"

En plus de devoir se trouver une petite place au milieu de sports plus médiatisés, ces différentes disciplines ont elles aussi dû affronter un adversaire redoutable : la crise sanitaire liée au Covid. Ce qui se fait ressentir sur les différents stands de la place de Gaulle.

"On a eu une baisse de fréquentation d’environ 30%, confirme Lucie Lefebvre du Roller Hockey Club Ajaccien. Malgré tout, le pass sanitaire nous bloque un petit peu. On a eu moins de monde mais le stand a néanmoins bien tourné." 

"Étant donné que le baseball est un sport d’extérieur, où il n’y a pas de contact entre les joueurs, cela peut rassurer certaines personnes, analyse de son côté Philippe Mendes. Après, c’est aussi une question de pass sanitaire. Mais les gens prennent le temps de découvrir notre sport. Malgré le Covid, ils sont venus essayer et ont pris des bulletins d’inscription. Il y a de l’intérêt pour ce sport qui est amusant : frapper avec une batte de baseball, c’est très défoulant. C’est un peu comme casser des assiettes quand on est énervé."

Vincent pratique le baseball depuis 2017.
Vincent pratique le baseball depuis 2017. © Alain Stromboni

Ce n'est pas François et Vincent qui diront le contraire. Batte en main, les deux jeunes de 21 ans sont en pleine démonstration de frappe. "A l’origine, nous n'étions pas du tout fan de baseball, racontent-ils. On était comme beaucoup de personnes présentes ici. Nous étions venus à la Fête du sport, on avait essayé le baseball et ça nous avait plu."

C'était en 2017. Depuis, les deux Ajacciens sont toujours licenciés au club des Imperatori...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport société