Cas de Covid-19 : une disparité inexpliquée entre les deux départements de Corse

D'importantes disparités subsistent toujours dans le nombre de contaminations et le taux de positivité entre la Corse-du-Sud et la Haute-Corse, cette-dernière étant plus touchée par l'épidémie. Une différence qui reste pour l'heure inexpliquée.

La Haute-Corse reste plus touchée par l'épidémie de Covid-19, avec un nombre de contaminations quotidiennes bien supérieur à celui de la Corse-du-Sud.
La Haute-Corse reste plus touchée par l'épidémie de Covid-19, avec un nombre de contaminations quotidiennes bien supérieur à celui de la Corse-du-Sud. © François Nascimbeni / AFP

Au fil des points de situation quotidiens de l'Agence Régionale de Santé de Corse, une tendance se dessine : le département de la Haute-Corse est plus impacté par l'épidémie de Covid-19 que la Corse-du-Sud, tant par le nombre de contaminations identifiés que par le taux de positivité.

Dans son bilan du jeudi 25 février, l'ARS relève ainsi que 66 nouveaux cas positifs ont été détectés en Haute-Corse, contre 29 en Corse-du-Sud.

Le taux de positivité dans les deux départements est respectivement de 3,8%, et 1,8%, pour une moyenne régionale de 2,9%.

La veille, ce taux était de 3,4% et 1,4%, avec respectivement 58 et 29 nouveaux cas de contamination identifiés au cours des précédentes 24 heures.

Une tendance qui persiste au fur et à mesure de la publication des bilans de l'ARS. Mais, pour cette-dernière, cette disparité demeure inexpliquée. 

"Nous ne nous l'expliquons pas, confirme le service communication de l'Agence. Lors de la première phase de la pandémie, cette différence pouvait s'expliquer par la présence de clusters dans des établissements accueillant des personnes âgées, notamment."

En janvier, trois clusters avaient ainsi été relevés au centre hospitalier de Bastia, un dans une unité de soins de suite et de réadaptation, et un dans un Ehpad.

Les personnes contaminées avaient alors été isolées, et les visites des proches suspendues. 

"Une grande partie de cette circulation plus active en Haute-Corse est expliquée par les clusters qui y ont été détectés", expliquait alors la directrice de l'ARS, Marie-Hélène Lecenne. 

Mais, malgré l'identification et le traitement de ces clusters, les différences persistent : ce mardi 23 février, la prévalence du virus en Haute-Corse était encore plus nette, avec 81 nouveaux cas positifs identifiés au cours des 24 heures précédentes, contre seulement 26 en Corse-du-Sud.

Une disparité criante, qui se répercute dans les services hospitaliers : alors que 41 patients Covid étaient hospitalisés à Bastia le 23 janvier, dont 8 en service de réanimation, seuls 11 étaient hospitalisés à Ajaccio, et aucun d'entre eux dans le service de réanimation ou soins intensifs.

Cette tendance reste cependant à relativiser, alors que la Corse fait figure de bon élève en France, avec un taux d'incidence enregistré fin janvier deux fois inférieur à la moyenne nationale.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société