Cavale Germani: le propriétaire du domaine de Murtoli mis en examen

Le propriétaire du domaine privé de Murtoli en Corse, Paul Canarelli, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire mardi dans le cadre de l'enquête sur la cavale d'une figure du banditisme, Jean-Luc Germani.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le domaine de Murtoli, 2.500 hectares en bord de mer, est un lieu de villégiature prisé de personnalités de la politique, des affaires, du spectacle et des médias. Le couple Sarkozy y a passé une partie de ses vacances cet été.

Après un article du Canard Enchaîné sur les "luxueuses vacances" du président du parti Les Républicains, le propriétaire du domaine était intervenu pour défendre l'ancien chef de l'Etat, assurant qu'il séjournait "dans un lieu authentique, loin du +bling bling+".

Il avait affirmé que son domaine "accueille depuis des années (...) une clientèle passionnée, de tous les milieux sociaux, ainsi que des personnalités politiques de tous bords", notamment "certaines hautes personnalités de gauche actuellement en exercice".

Paul Canarelli a été placé en garde à vue car il est soupçonné d'avoir hébergé sur son domaine Jean-Luc Germani pendant sa cavale, qui avait duré trois ans jusqu'à son arrestation fin novembre 2014 près de Paris.

Le point avec Marie-Françoise Stefani

Depuis, cette figure du milieu corse a été condamnée en juin 2015 à six ans de prison ferme pour le putsch au cercle de jeux parisien Wagram, dont il est considéré comme le principal responsable. Il a aussi été renvoyé en correctionnelle par un juge d'instruction de Marseille pour association de malfaiteurs dans l'enquête sur l'assassinat d'un autre parrain corse, Jean-Claude Colonna, en 2008.

Le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire sur sa cavale. La semaine dernière, les deux premières mises en examen pour recel de malfaiteurs sont intervenues dans ce dossier. Il s'agit de Jean-Charles Flori et de son épouse, notamment suspectés, comme Paul Canarelli, d'avoir hébergé Jean-Luc Germani pendant sa fuite.