Coronavirus : bientôt un hôpital flottant en Corse ?

La Corsica Linea pourrait accueillir un hôpital flottant sur l'un de ses navires. Une proposition formulée hier, jeudi, par le STC Marinari, et déjà avancée la semaine dernière aux autorités gouvernementales par le Conseil exécutif.

Une proposition qui pourrait soulager les hôpitaux de l'île, si l'épidémie venait à s'accélérer.
Une proposition qui pourrait soulager les hôpitaux de l'île, si l'épidémie venait à s'accélérer. © PHOTOPQR/LA PROVENCE/VALERIE VREL
La Corse disposera-t-elle bientôt d'un hôpital flottant pour soulager ceux qui, sur terre, seraient débordés si l'épidémie de coronavirus venait à dégénérer

C’est en tout cas la proposition faite par hier, jeudi 19 mars, par le STC Marinari. Dans un communiqué, le syndicat indique ainsi que « dans la situation de confinement actuelle, et si celle-ci venait à se dégrader davantage avec l’intervention des services médicaux de l’armée », la Corsica Linea pourrait proposer « la mise à disposition d’un de nos navires comme hôpital flottant ».

Un dispositif qui permettrait « de déplacer les malades sur de courtes distances (…) avec une moindre mobilisation de moyens humains pour traiter les évacuations sanitaires, vers ce qui serait alors un pôle médical Corse majeur ».

Une suggestion qu’Alain Mosconi, le délégué syndical de la STC Marinari, a fait suivre à la direction générale de la compagnie et au président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni. Et que ce dernier s’est empressé d’approuver. « J’ai immédiatement relayé ce projet auprès de l’administration d’Etat et de la cellule de crise », assure-t-il ce vendredi.
   

Une proposition déjà avancée par le Conseil de l'exécutif

Le syndicat n'est pas le premier à avoir eu cette idée : la semaine passée, au cours d'une réunion de la cellule de crise, le président du Conseil exécutif Gilles Simeoni avait déjà invoqué cette possibilité, et émis la demande auprès des autorités gouvernementales. Selon nos informations, celle-ci serait restée sans réponse.

Au cabinet de Gilles Simeoni, on nous assure cependant que la proposition a été réitérée, hier, jeudi, au préfet de Corse, Franck Robine.

Le président de l'exéctif a par ailleurs demandé la mobilisation des moyens de l'armée. C'est désormais chose faite : la ministre des Armées, Florence Parly, a indiqué que le bâtiment Tonnerre, porte-hélicoptères amphibie de la Marine nationale, appareillera dès ce week-end en Corse pour évacuer des patients en réanimation vers la région Provence Alpes Côte-d'Azur. Ceci, afin de "soulager le service réanimation du centre hospitalier d'Ajaccio et d'anticiper la réponse de l'hôpital aux besoins d'hospitalisation des patients les plus graves". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société transports maritimes économie transports corsica linea