Ajaccio : à l’Aghja, un monologue sur la réalité d’un service hospitalier

La pièce de théâtre « Hospitalières » du metteur en scène Francis Aïqui voit le jour après que ce dernier a passé deux semaines en immersion au sein de l’hôpital de Guéret. Résultat : des chroniques pleines d’humour où se mêlent sensibilité et prise de distance. 

Par France 3 Corse ViaStella

« Et si on saute, on plonge. On plonge dans la mort. Allons, il n’est plus le temps de tergiverser. Dernier souffle, une expiration… C’est fait ». Sur la scène de l’Aghja, à Ajaccio, le ton est donné. Le spectateur est rapidement entraîné au cœur d’un service hospitalier.



Un lieu méconnu que le metteur en scène, Francis Aïqui, a su apprivoiser dans des chroniques souvent pleines d’humour. « Il y a des failles, il y a des personnages très fragiles, il y a des médecins complètement loufoques. Il y a toute la palette de l’humanité qui est représentée, mais finalement, c’est rassurant, parce qu’avant tout, se sont des êtres humains », indique l’auteur.

« Il y a du sentiment, mais il y a de la distance aussi »


Un mélange entre documentaire et fiction. La pièce raconte également l’histoire d’un père dans le coma et de son fils à son chevet. « Tout le travail du comédien réside dans cette espèce d’aller-retour compliqué entre une approche très sensible et une mise en distance pour ne pas que ça prenne une couleur trop sentimentale. Il y a du sentiment, mais il y a de la distance aussi. Et plus on la met en distance et plus le sentiment nous percute », explique Serge Lipszyc, comédien.



Un monologue déroutant tour à tour grave et insolite, mais toujours juste sur le quotidien des soignants et des malades.


Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Cuntrastu - Michel Castellani, député nationaliste corse (1er circo 2B)

Les + Lus