• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ajaccio : une enquête préliminaire ouverte après des violences dans le bar « La part des anges » 

Une enquête préliminaire pour vol et séquestration avec armes a été ouverte par le parquet d'Ajaccio pour des faits remontant au 29 décembre dernier dans l'établissement La Part des anges. / © Stéphane Agostini / FTVIASTELLA
Une enquête préliminaire pour vol et séquestration avec armes a été ouverte par le parquet d'Ajaccio pour des faits remontant au 29 décembre dernier dans l'établissement La Part des anges. / © Stéphane Agostini / FTVIASTELLA

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet d'Ajaccio pour vol et séquestration avec arme. Des faits qui se seraient déroulés dans la nuit de samedi dernier, dans un bar très fréquenté du centre-ville, la Part des Anges. Aucune plainte pour l'heure n'a été déposée. 

Par France 3 Corse ViaStella

L'établissement « La Part des anges » à Ajaccio est fermé, ce vendredi 4 janvier, et la direction se fait discrète. 

En revanche, la rumeur est suffisamment étayée pour que le parquet ouvre une enquête préliminaire. Samedi 29 décembre au soir, quatre individus armés et à visage découvert auraient fait irruption dans ce bar devant de très nombreux témoins. 

Vol, violence, séquestration, les enquêteurs tentent de mettre les faits au clair. Si la rumeur qui est parvenue jusque dans le bureau du procureur était confirmée, cela ressemblerait davantage à du racket qu'à un vol à main armée classique

 
Ajaccio : une enquête préliminaire ouverte après des violences dans le bar « La part des anges » 
Intervenants - Éric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio. Equipe - Dominique Moret ; Stéphane Agostini ; Frédéric Guichard.
 

« Personne ne veut en parler »


« Cela fait penser à des logiques de territoires, de racket, c’est une possibilité. En tout cas, quatre personnes, si les faits sont vérifiés, armés dans un établissement, par définition, on va travailler sur une délinquance organisée et on va être amené à se poser la question de ces logiques d’appropriation de territoire, de contrôle, de protection. 

Il semblerait qu’il y ait de nombreuses personnes présentes à ce moment-là. Les informations ne nous parviennent que tardivement parce que personne ne veut en parler, comme s’il y avait une sorte de fatalisme à tout ça
», souligne Éric Bouillard, procureur de la République d’Ajaccio. 

Aucune plainte n'a été déposée à ce jour. L'enquête préliminaire est confiée à la direction régionale de la police judiciaire d'Ajaccio.


 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus