Ajaccio : un Fight club clandestin annonce sa fermeture

Ils jettent l’éponge. A Ajaccio, un club de combat illégal a annoncé se fermeture sur les réseaux sociaux, craignant une enquête de police. En organisant des combats publics illégaux ils s’exposaient à une amende de 15.000€.

Illustration. Les participants au "Fight club" d'Ajaccio portaient des protections légères  aux mains et un casque sur la tête.
Illustration. Les participants au "Fight club" d'Ajaccio portaient des protections légères aux mains et un casque sur la tête. © Lionel Vadam / Maxppp
"La première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. La seconde règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club". Cette réplique culte du film de David Fincher n'aura pas inspiré le fight_club_2a. 

Les réseaux sociaux ont valu un succès temporaire à ce club clandestin de combat, ils ont peut-être précipité sa fin. Dans une vidéo largement diffusée et partagée, on distingue dans une atmosphère sombre de garage, un duel illégal. Elle leur a valu de nombreuses demande d'inscription. C’est sur les réseaux sociaux, aussi, que le club annonce sa fin après "3 combats", écrit-il.
Le "fight club" organisant des combats illégaux a annoncé sa fermeture sur les réseaux sociaux.
Le "fight club" organisant des combats illégaux a annoncé sa fermeture sur les réseaux sociaux. © Instagram

"On est juste des jeunes qui ont voulu kiffer et on nous fait passer pour une mafia", nous écrit anonymement la personne qui gère le compte instagram fight_club_2a. "Certaines de nos connaissances nous ont dit que les flics n’allaient pas tarder."

Une enquête ouverte ?

"S’il y a une enquête qui a été ouverte elle l’a été très récemment et le parquet n’en est pas encore avisé", déclare-t-on du côté de la permanence du parquet d’Ajaccio. "Il n’y a pas eu d’opération de contrôle. Quelqu’un a simplement indiqué qu’il y avait un combat, la police municipale s’est déplacée, n’a rien vue, est repartie." Mais ce genre de combats reste illégaux.

Jean-André Poli, qui enseigne le kick-boxing à Biguglia, a vu la vidéo : "ils ont 20 ans, ils ne sont pas forcément préparés. Techniquement ça laisse à désirer." Pour lui, cette impréparation peut être lourde deconséquences : "à un moment ou un autre, il y aura forcément un accident grave. Et là, il faudra discuter avec les parents."

Des sports très encadrés

Lui, ne veut pas "blâmer" ces "jeunes qui cherchent l’adrénaline" mais rappelle qu’en club les combattants portent de "gros gants, une double protection aux jambes et un casque". "On vérifie la santé de nos boxeurs, on va faire un combat, pas un match de ping-pong." "Quand un gars est coincé en train de prendre des coups, nous on arrête", dit-il, craignant que ce ne soit pas le cas dans les combats clandestins.
Enfin, dans les combats encadrés par Jean-André Poli, le sol est protégé par un tapis. "Dans un garage, quand on tombe sur du béton, ça peut avoir des conséquences très graves."

"Moi je ne critique pas ces jeunes. Notre premier soucis à nous c’est d’avoir de nouveaux gars, s’ils venaient dans nos clubs donner le change à nos compétiteurs ils prendraient les gants deux fois par semaine. On n’a jamais eu de blessés."

Que dit la loi ?

Légalement, les sports de combats sont très encadrés. On peut ne pas déclarer en préfecture une compétition sous trois conditions seulement :
Toutes les autres manifestations qui accueillent du public doivent être déclarées entre 15 jours et un mois avant auprès du Préfet. Les contrevenants s’exposent à une amende de 15.000€.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter