Ajaccio : premier contrôle de police suite à l'entrée en vigueur du couvre-feu

Ce mercredi à Ajaccio, des agents de la police nationale et des CRS ont procédé au premier contrôle suite à la mise en place du couvre-feu à 20 heures. Les personnes se déplaçant entre 20 heures et 6 heures du matin doivent ainsi justifier d'un motif légitime et possèder une attestation en règle.

Des agents de police procèdent à un contrôle suite à la mise en place du couvre-feu.
Des agents de police procèdent à un contrôle suite à la mise en place du couvre-feu. © Stella Rossi

C'est désormais officiel : ce mercredi soir devant l'hôtel Mercure à Ajaccio, des agents de la police nationale et des CRS ont procédé au premier contrôle des attestations de déplacements suite à l'entrée en vigueur d'un couvre-feu à partir de 20 heures sur tout le territoire national.

Un important dispositif policier avait été mis en place pour l'occasion : "l'objectif, c'est de montrer que l'on change de régime, et d'être suffisamment visible et disuassif pour que le message passe : le couvre-feu est une nouvelle mesure, stricte, et qu'il va falloir respecter", explique François Chazot, directeur de cabinet du Préfet de Corse-du-Sud.

Malgré la fin du confinement, l'instauration d'un couvre-feu entre 20 heures et 6 heures du matin faisait ainsi partie des annonces gouvernementales de jeudi dernier. Visant à enrayer la progression du coronavirus, celui-ci pourrait durer au moins jusqu'au 7 janvier. 

"Le gouvernement a essayé d'allèger le confinement de manière régulée, et de mettre en place un couvre-feu strict", abonde François Chazot.

 

Les forces de l'ordre ont contrôlé les attestations des automobilistes, ces-derniers devant disposer d'une attestation en règle et d'un motif légitime pour se déplacer entre 20 heures et 6 heures du matin.

Interrogé sur une possible mobilisation d'effectifs supplémentaires à l'approche des fêtes, François Chazot a déclaré que le dispositif resterait le même. Il a cependant rappelé la présence permanente dans les deux départements insulaires d'agents des Compagnies Républicaines de Sécurité, ajoutant : "ce sont eux que nous allons mobiliser en fonction des besoins, pour complèter le dispositif de contrôle du couvre-feu."

Si le couvre-feu ne devrait pas s'appliquer le 24 décembre, il le sera le 31 décembre : "les fêtes de fin d'années, constituent des moments particulièrement à risque. (...) Nous ne pouvons pas baisser la garde et rester cohérent", avait ainsi déclaré le premier ministre Jean Castex lors de la conférence de presse de jeudi dernier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité coronavirus/covid-19 santé