Ajaccio : les tensions se cristallisent autour des nuisances sonores rue du Roi de Rome

Les riverains de la vieille ville d'Ajaccio dénoncent des abus de la part des établissements de nuit rue du Roi de Rome. Nuisances sonores, occupation du domaine public : ils n'en peuvent plus. Une réunion de quartier était tenue, ce samedi 10 mars, pour tenter de trouver des solutions.

Depuis hier, minuit, bars, restaurants, et autres commerces "non-essentiels" doivent garder leurs portes fermées.
Depuis hier, minuit, bars, restaurants, et autres commerces "non-essentiels" doivent garder leurs portes fermées. © Axelle Bouschon
Rien ne va plus entre les restaurateurs et les riverains de la vieille ville d'Ajaccio. Plus précisément, les tensions se sont cristallisées autour de la rue du Roi de Rome, connue pour ses nombreux établissements de nuit. Les tonneaux, qui servent de tables aux bars à vin, occupent les places de parking, les trottoirs, servent de supports aux sacs poubelle...

Le jeudi soir, nous ne dormons pas. On s'endort à deux heures du matin et le matin on se lève à 6h30 pour aller travailler... C'est très compliqué", témoigne une habitante du quartier de la Citadelle, Sylvie Costi-Castellani.


Nuisances sonores, occupation du domaine public, non-respect des règles de ramassage des ordures : la situation n'a que trop duré pour les habitants. La mairie a tenté d'agir, en vain. Plusieurs établissements ont en effet déjà été renvoyés devant le tribunal. Car du 31 octobre à la mi-avril, ces fameux tonneaux sont hors la loi.

En 2017, pour la seule occupation illégale du domaine public, la mairie a recensé 80 constats d'infractions, 34 mises en demeure. Pour la mairie, la source du problème est la lenteur de la justice.

"Ce que je demande aujourd'hui, c'est que la chaîne de décisions et de sanctions soit les plus performantes possibles", déclare Laurent Marcangeli. Comme le rappelle l'élu : "Le maire n'a pas un pouvoir de justice ni de répression. Il a un pouvoir d'édicter les règles, si elles ne sont pas respectées, la justice et la police sont en charge de le faire."

De leur côté, les restaurateurs arguent que leur chiffre d'affaires dépend grandement de la consommation en terrasse. Depuis plusieurs années, ils demandent une piétonnisation de la voie. Le dialogue étant tendu avec la mairie, la demande n'a pas abouti.

► Revoir le reportage de Florence Antomarchi, Stéphane Lapera et Jean-Jérôme Delsol :
Interviennent dans ce reportage : Sylvie Costi-Castellani, habitante du quartier de la Citadelle, Laurent Marcangeli, maire d'Ajaccio et Ange Agnetti, restaurateur.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter