Deux ans de prison pour l'incendie criminel d'un restaurant à Ajaccio

Trois hommes ont été condamnés vendredi à Ajaccio à deux ans de prison pour leur rôle dans l'incendie du restaurant ajaccien le Globo, en 2017, sur fond de liens avec la bande criminelle dite du "Petit Bar".

ILLUSTRATION - Palais de Justice d'Ajaccio (Corse-du-Sud)
ILLUSTRATION - Palais de Justice d'Ajaccio (Corse-du-Sud) © FTV
Jacques Pastini, 62 ans, Philippe Porri, 58 ans et Jean-Laurent Salasca, 69 ans, étaient poursuivis pour "complicité de dégradation ou détérioration du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes".

Dans la nuit du 22 septembre 2017, des caméras de vidéosurveillance avaient filmé deux personnes cagoulées, gantées, tout de noir vêtues et tentant, en vain, de défoncer la porte de l'établissement à la veille de sa grande soirée d'ouverture, avant de mettre le feu à la terrasse.

Jerrycans blancs et pied de biche rouge

Si les auteurs, "qui se sont enfuis par une coursive menant au parking", n'ont jamais été identifiés, deux jerrycans blancs à bouchon rouge, un pied de biche rouge et gris et un tournevis orange avaient été repérés sur les images, a précisé le président du tribunal.

L'enquête a montré que des outils identiques avaient été achetés les jours précédents par les trois prévenus dans un supermarché de bricolage.

Des perquisitions ont également conduit à la découverte chez Jacques Pastini d'un bip avec clé permettant d'accéder à l'appartement et au parking de Jacques Santoni: ce dernier est présenté par les autorités comme le chef tétraplégique de la bande criminelle dite du "Petit Bar" et voisin du restaurant incendié.

Lors de l'audience, les trois hommes ont nié les faits reprochés, reconnaissant avoir effectué ces achats mais assurant qu'ils avaient servi à des travaux dans un cimetière.

Des "explications étonnantes, peu crédibles"

Pour le ministère public, les suspects, "connus des services de police et de justice", ont fourni des "explications étonnantes, peu crédibles" et témoignant d'une "volonté de dissimulation".

Des peines de trois ans de prison pour Jacques Pastini et Philippe Porri et de deux ans pour Jean-Laurent Salasca avaient été requises, avec mandat de dépôt.

Pour Me Pascal Garbarini, avocat de Jacques Pastini et Philippe Porri, ses clients étaient poursuivis "sans éléments étayés" pour "des amitiés qu'on leur reproche d'avoir". L'avocat et sa consoeur Me Bernadette Leca, conseil de Jean-Laurent Salasca, avaient plaidé la relaxe.

Jacques Pastini et Jean-Laurent Salasca ont été précédemment condamnés en 2011 à Marseille respectivement à deux ans de prison dont 18 mois avec sursis et 18 mois de prison avec sursis pour leur rôle dans une tentative de meurtre sur l'ancien militant nationaliste Alain Orsoni.
           
Philippe Porri a été mis en examen début octobre avec quatre personnes, dont Jacques Santoni, dans l'enquête sur la tentative d'assassinat en septembre 2018 de Guy Orsoni, le fils d'Alain Orsoni.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société