Corse : deux nouvelles mises en examen dans la tentative d'assassinat de Guy Orsoni

Philipe Porri et Pierre-Francois Luccioni ont été mis examen lundi 5 octobre pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime", dans le cadre de la tentative d’assassinat contre Guy Orsoni en 2018 à Ajaccio.

13 septembre 2018, Guy Orsoni, fils de l'ancien leader nationaliste Alain Orsoni, pris pour cible au volant de sa voiture blindée à Ajaccio (Corse-du-Sud).
13 septembre 2018, Guy Orsoni, fils de l'ancien leader nationaliste Alain Orsoni, pris pour cible au volant de sa voiture blindée à Ajaccio (Corse-du-Sud). © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Philipe Porri, présenté comme un proche de la bande criminelle du Petit Bar, a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Pierre-Francois Luccioni a été placé en détention provisoire. 

Ces mises en examen font suite à celles d'Ange-Marie Gaffory, connu pour des affaires de stupéfiants et meurtres et de Jacques Santoni. Le chef présumé de la bande criminelle du "Petit Bar", est poursuivi pour "complicité de tentative d'homicide en bande organisée". 

Jacques Santoni, tétraplégique, a été placé sous bracelet électronique et assigné à résidence à Paris. Son contrôle judiciaire lui interdit de se rendre en Corse, a précisé son avocat Me Garbarini.

Condamné à huit reprises dans le passé, notamment pour extorsion, Jacques Santoni, 42 ans, avait été arrêté fin septembre à son domicile, lors d'une vaste opération coup de filet dans la région ajaccienne.

La juridiction interrrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille instruit ce dossier. 

Une tentative d'assassinat en plein Ajaccio

Le 13 septembre 2018, Guy Orsoni, présenté également comme un membre du grand banditisme, circulait en voiture blindée sur les hauteurs d'Ajaccio, lorsque deux hommes à moto lui ont tiré dessus. Blessé au bras, il avait réussi à échapper à ses agresseurs en rejoignant le centre ville.

En décembre 2019, Guy Orsoni, a été mis en examen pour "assassinat en bande organisée" dans l'enquête sur le meurtre en août 2018 d'un retraité tué vraisemblablement par erreur.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers banditisme criminalité