Covid19 en Corse : le maire d'Ajaccio propose une campagne massive de tests en janvier

Samedi, le maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli a annoncé avoir proposé l'organisation d'une campagne massive de tests pour sa population. Elle pourrait avoir lieu début janvier. 

Le maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli, a proposé l'organisation d'une campagne massive de tests. Elle pourrait se tenir en janvier.
Le maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli, a proposé l'organisation d'une campagne massive de tests. Elle pourrait se tenir en janvier. © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Continuer de lutter contre la propagation du Covid19 en Corse. C'est le but de la proposition de Laurent Marcangeli, maire d'Ajaccio, au préfet de région et à la directrice de l'agence régionale de santé.

Il souhaite organiser "des tests massifs vers le 8 janvier", a-t-il annoncé au micro de TF1, samedi 19 décembre. Un dispositif déjà mis en place au Havre ou Charleville-Mézières sans grand succès. 

Ainsi, seul 10 % de la population de la ville normande s'est déplacé durant la semaine de dépistage.

"Nous avons les meilleurs chiffres de France" 

Durant son entretien, Laurent Marcangeli est également revenu sur l'obligation de présenter un test négatif à l'arrivée des voyageurs dans l'île. "Je pense que c'est une très bonne chose. Nous avons en ce moment les meilleurs chiffres de France en matière de circulation du virus, nous avons un système de santé qui fait face et qui n'est pas saturé comme il a pu l'être dans le passé. "Il faut être toujours vigilant, car on a vu que ça pouvait repartir assez vite ", a-t-il déclaré. 

Mise en place depuis le 19 décembre la mesure est maintenue jusqu'au 8 janvier pour tous les passagers de plus de 11 ans. Lors de son premier jour d'application, 3.000 personnes sont entrées dans l'île. Parmi elles, 93 ne disposaient pas de test, huit ont été verbalisées. 

Depuis le début de l'épidémie, 139 décès liés au Covid19 ont été enregistrés en Corse. Selon le dernier bilan de l'ARS publié samedi, six personnes sont toujours placées en réanimation. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société