Voyage en Corse et Covid19 : l'obligation de tests entre en vigueur, d'importants contrôles dans les ports et aéroports 

Un important dispositif de forces de l'ordre est mis en place, ce week-end en Corse, pour contrôler les voyageurs qui débarqueront sur l’île, et dont l’arrivée est conditionnée par un test négatif au Covid-19 jusqu'au 8 janvier 2021.

Des contrôles sont fréquemment effectués à la descente des avions et des bateaux, pour s'assurer que les voyageurs qui arrivent en Corse sont en possession d'un test négatif (Aéroport de Poretta, Bastia, première semaine de janvier)
Des contrôles sont fréquemment effectués à la descente des avions et des bateaux, pour s'assurer que les voyageurs qui arrivent en Corse sont en possession d'un test négatif (Aéroport de Poretta, Bastia, première semaine de janvier) © Jean-André Marchiani / FTV

Ce samedi à l'aéroport de Bastia-Poretta les campagnes de contrôles ont débuté, comme dans l'ensemble des ports et aéroports de l'île. 

À la sortie de l'appareil, les passagers sont séparés en deux groupes. D'un côté, ceux qui n'ont pas passé de test, appelés à le faire dans le hall de l'aéroport, de l'autre, ceux en possession d'une attestation sur l'honneur et d'un justificatif de test négatif de laboratoire ou de pharmacie. Ces derniers sont alors contrôlés par les forces de l'ordre avant de pouvoir quitter l'aérogare. 

Sur les trois vols arrivés dans la matinée, tous les passagers étaient en possession des documents exigés. "Nous avons reçu un mail d'Air France qui nous demandait de passer un test 72 heures avant le vol", indique un vacancier. 

Cette mesure, annoncée par le préfet de région la semaine dernière, concerne tous les passagers de plus de 11 ans et reste en vigueur jusqu'au 8 janvier prochain. Chaque personne arrivant en Corse dont également certifier ne pas être positif au Covid-19, ne pas présenter de symptômes et ne pas avoir été en contact avec un cas confirmé dans les 14 jours précédant le voyage. Objectif : limiter la propagation du Covid-19 dans l'île.

Arrivée de 3.000 passagers

Ce samedi, 3.000 passagers sont arrivés dans l'île a indiqué la préfecture dans un communiqué. 98 % d'entre eux "disposait bien des documents requis."

"La mesure est donc très majoritairement respectée", se félicitent les services de l'État. Ainsi, 93 voyageurs ne disposaient pas de test à leur arrivée.

Parmi eux, deux groupes sont à distinguer : ceux "n’ayant de bonne foi pas réalisé le test et s’étant manifestés dès leur arrivée sur l’île et qui se sont vus proposer de l’effectuer sur place" et ceux "ayant délibérément tenté de frauder et de se soustraire à l’obligation de test ont fait l’objet d’une amende de 135 euros"

À 17 heures, la préfecture comptabilisait huit verbalisations. En cas de récidive, cette amende peut être majorée. 

Plus de 40 000 personnes arriveront en Corse pendant les vacances

Alors que 40 à 45 000 voyageurs sont attendus en Corse pendant les vacances de fin d’année – un afflux susceptible de faire repartir une épidémie plutôt maîtrisée sur l'île –certaines compagnies aériennes se sont notamment préparées à un dispositif un peu particulier.

Air Corsica indiquait, le 12 décembre dans un communiqué, qu’il serait possible pour sa clientèle "d’effectuer des tests antigéniques au départ des cinq aéroports (Lyon, Marseille, Nice, Paris Orly, Toulouse) qu’elle relie à la Corse pendant les vacances de fin d’année".

139 décès liés au Covid19 ont été enregistrés dans l'île depuis le début de l'épidémie, dont 49 depuis septembre, selon le dernier bilan de l'agence régionale de santé publiée vendredi. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société