• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Muvistrada: les grévistes ne sont pas condamnés pour occupation du dépôt de bus

la grève continue. Et les négociations sont au point mort. / © Viastella
la grève continue. Et les négociations sont au point mort. / © Viastella

Le tribunal de grande instance a ménagé la chèvre et le chou dans le conflit entre l'intersyndicale et Muvistrada. Pas de condamnation pour le moment, mais tout blocage à venir entraînera 2.000 euros par jour d'amende. En assemblée générale, STC-FO a voté le maintien de la grève jusqu'à lundi. 
 

Par France 3 Corse ViaStella

Les grévistes se sont présentés ce matin au tribunal de grande instance d'Ajaccio avec, au-dessus de leur tête, la menace de 20.000 euros d'amende. 

La direction estimait que la vingtaine de grévistes s'était positionné devant le dépôt du Vazzio, depuis le début de la semaine, pour empêcher les bus de circuler. 
Et quiconque a circulé à Ajaccio hier et avant-hier a pu constater qu'aucun bus n'assurait son service en ville. 

Mais la justice a estimé que ce n'était pas un blocage en continu, et l'intersyndicale n'a pas eu à mettre la main à la poche. 
Pour l'heure...
 
Constatation d'huissier hier au Vazzio / © Viastella
Constatation d'huissier hier au Vazzio / © Viastella


Bataille d'huissiers


Hier, les huissiers s'étaient succédé au Vazzio pour constater l'évolution de la situation. 
La direction avait envoyé un premier huissier, tôt le matin.
L'intersyndicale n'avait pas tardé à répliquer. 
Et a fait venir son propre huissier, en milieu de matinée. 
Pour faire constater que c'était un petit plus compliqué que ça. 
 
Les grévistes occupaient le dépôt, hier / © Viastella
Les grévistes occupaient le dépôt, hier / © Viastella


CDI contre CDD


Selon les syndicalistes de FO et du STC, il n'était pas question, hier, de bloquer le dépôt tout le temps. Ils empêchaient un bus de sortir uniquement quand il était conduit par un CDD, sur une ligne qui était dévolue à un titulaire. 

Pour l'intersyndicale, la direction de Muvistrada a recruté des CDD pour casser la grève, et assurer le service en ville. 
Et ça, pas question qu'ils l'acceptent, comme le rappelait aujourd'hui Marcel Santini, de l'intersyndicale FO-STC, avant de pénétrer dans le tribunal:
 

Nous sommes 25 ou 26 grévistes, et aujourd'hui, il ne manque aucun service en ville. Ca veut dire qu'on a embauché des gens pour casser la grève, ce qui veut dire que, je le répète, nous poursuivrons Muvistrada devant les tribunaux jusqu'au bout dans cette affaire. 

 
Les grévistes de Muvistrada toujours en grève / © Viastella
Les grévistes de Muvistrada toujours en grève / © Viastella


Une possible amende de 2.000 euros par jour


Aujourd'hui, en effet le trafic a repris normalement, sans aucun blocage du dépôt du Vazzio.
Manière, peut-être, de donner un gage de bonne volonté au tribunal. 

Mais dès ce soir, l'intersyndicale STC-FO a voté le prolongement de la grève jusqu'à lundi prochain.  

Pour parvenir à faire entendre leurs revendications, alors que les négociations sont pour l'heure au point mort. 
Les grévistes réclament une égalité dans le traitement des salaires. 
Ils demandent en moyenne une augmentation d'une centaine d'euros, ce qui portait leur salaire de 2300 à 2400 euros par mois. 

Mais pour obtenir gain de cause sans débourser un centime, il faudra laisser circuler les bus de Muvistrada. 
Le tribunal de grande instance a prévenu: 
Pour chaque jour de blocage, une amende de 2.000 euros sera appliquée.
 
En octobre dernier, le dépôt avait déjà été bloqué / © Audrey Altimare/FTVIASTELLA
En octobre dernier, le dépôt avait déjà été bloqué / © Audrey Altimare/FTVIASTELLA

 

Sur le même sujet

Corse : il sera bientôt possible de payer ses impôts dans un bureau de tabac

Les + Lus