• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Verdict au procès à Ajaccio: des peines de 6 mois à 8 ans ferme

© FTViastella
© FTViastella

Le tribunal correctionnel d'Ajaccio a rendu son verdict. Un verdict qui va au delà du réquisitoire. Marc-Marie Mattei, David Taddei et Jean-Baptiste Ottavi sont condamnés à la plus lourde peine, 8 ans ferme, pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. 

Par Sébastien Bonifay

8 ans pour Marc-Marie Mattei
8 ans pour David Taddei et Jean-Baptiste Ottavi
7 ans pour Noël Luciani
5 ans pour Maxime Luciani

Des peines qui sont supérieures au réquisitoire.
6 années d'emprisonnement ferme avaient été requises à l'encontre de Marc-Marie Mattei, David Taddei, Jean-Baptiste Ottavi et Noël Luciani. 
Et 3 ans contre Maxime Luciani. 

Julien Napoleoni et Julien Bonevalle, eux, ont été condamnés respectivement à 2 ans de prison ferme et à 6 mois avec sursis, conformément au réquisitoire du procureur Françoise Mariaux,

Le jugement a été rendu dans un climat tendu.
 

Retour sur l'affaire


Ces sept hommes ont été reconnus coupables d'être les membres de trois bandes criminelles originaires du Niolu, d'Evisa et d'Ajaccio, qui auraient fusionné momentanément dans le but de commettre un crime. 

L'affaire, résultant d'une enquête ouverte en 2015 à la suite d'un renseignement anonyme, avait rebondi de façon surprenante dans la soirée du 25 mai 2016.
 

"Marco"


Ce jour là, la brigade de recherches et d'intervention (BRI) de la police judiciaire met la main sur Marc-Marie Mattei.

Surnommé "Marco" ou "Le Vieux", cet homme est connu de la police et identifié comme un membre du grand banditisme, appartenant à la famille Mattei originaire de Corscia.
 

Cagoule et fusil semi automatique


Ce 25 mai 2016, Marc-Marie Mattei porte une cagoule roulée sur la tête et circule à bord d'un véhicule volé dans lequel les policiers retrouvent un fusil semi-automatique, un bidon d'essence, des gants et un casque de moto. 

Sur certains objets présents dans la voiture, les investigations avaient permis d'identifier les empreintes génétiques de Noël et Maxime Luciani, de David Taddei et Julien Napoleoni.

Et des surveillances ultérieures avaient permis de relier Jean-Baptiste Ottavi et Jacques Bonnevalle à l'association de malfaiteurs. 

 

Sur le même sujet

Une étude pour analyser l’impact de l’activité humaine sur l’écosystème marin ajaccien

Les + Lus