Bonifacio : au cimetière marin de Saint-François on pousse les murs

Le cimetière marin de Bonifacio  figure dans le top six des plus beaux cimetières de France. Les habitants de la ville y sont d'ailleurs trés attachés mais il n'y a presque plus de places. En attendant la création d'un nouveau cimetière, la municipalité un nouvel espace cinéraire.

Par France 3 Corse ViaStella

Sur les hauteurs de Bonifacio, le cimetière marin plonge dans les eaux bleues de la Méditerranée. Au fil des années, les allées de ce lieu se sont remplies, ne permettant plus d'accueillir d'habitants au grand dam des Bonifaciens.
Mais la municipalité a décidé d'y remédier. « On avait un vrai déficit de places au niveau du cimetière et on a une obligation légale lorsque l’on est maire d’une commune.

On a un excellent projet sur la chapelle de Santa Reparata, mais on s’est dit qu’il fallait d’abord optimiser les places au sein du cimetière de Bonifacio, pour lequel les Bonifaciens ont un attachement particulier. On avant envie de leur permettre encore de ramener leurs morts ici au cimetière marin de Saint-François, c’était important
», indique Jean-Charles Orsucci, maire de la commune. 

Cimetière Bonifacio
Intervenants : Jean-Charles Orsucci, maire de Bonifacio ; Christelle Longuet, directrice des services techniques de Bonifacio ; Antonio Cepeda, entrepreneur. Reportage : ROMANI Marianne ; BATTESTI Flora.


Un cahier des charges strict


Les nouveaux caveaux sont disposés sur ce carré. D'ici à la fin du mois, 57 places supplémentaires seront construites. « On a travaillé sur un projet, dans l’espace du carré de l’hôpital. Avec pour une première partie des caveaux […] qui ont été réalisés dans leur totalité à ce jour. Maintenant on travaille sur l’espace cinéraire […] », précise Christelle Longuet, directrice des services techniques de Bonifacio.

Le cimetière marin de Bonifacio figure parmi les plus beaux de France. Un site exceptionnel qu'il convient donc de respecter. Cet entrepreneur travaille à l'élaboration d'un caveau pour une famille bonifacienne, une tâche particulière. « On a un cahier des charges très importants. C’est la première fois que je réalise un caveau avec ces normes-là », explique Antonio Cepeda, entrepreneur. 

Le cimetière marin a accueilli ses 1ers caveaux au début du 19eme siècle. Un lieu de recueillement, chargé d'histoire, très prisé par les touristes. Chaque année, plus de 400 000 visiteurs poussent les grilles de ce cimetière.


A lire aussi

Sur le même sujet

Trois hommes renvoyés aux assises pour l’assassinat d’Antoine Sollacaro

Les + Lus