Cet article date de plus de 6 ans

Culture : un artiste corse participe à un projet artistique mondial pour la liberté

Très beau projet vidéo: "Art warning the world" ce sont 200 artistes de la planète qui ont traduit sur leur drapeau et dans leur langue une belle maxime ''Quand le mot liberté disparaîtra des dictionnaires, il sera trop tard pour réagir". Pierre-Paul Marchini représente la Corse.
"Art warning the world" est un projet d'art mondial qui a pour ambition de défendre la liberté. 202 artistes visuels vivant dans 200 pays lancent un message au monde sur leur propre drapeau, et dans leur langue.

'Quand le mot liberté disparaîtra des dictionnaires, il sera trop tard pour réagir

  
"Art warning the world" c'est 200 pays, 202 artistes, 202 œuvres, 202 vidéos, 202 photos et 135 langues nationales. À ces 200 pays s'ajoutent les peuples Corses, Tibétain et Gitan. Le peintre Pierre-Paul Marchini représente la Corse. L'artiste contemporain ajaccien commente sobrement :
"Klaus Gingamp (créateur de l'événement) pense que la Corse a toujours défendu des valeurs de liberté".


L'initiateur du projet 


Klaus Guingand (à découvrir ici) est un artiste contemporain connu depuis vingt ans pour son œuvre sur l'ombre. Pour produire cet événement Klaus Guingand a commencé en juillet 2012 à chercher un artiste visuel dans tous les pays du monde. Chaque artiste a traduit dans sa propre langue l'avertissement de K.Guingand: ''Quand le mot liberté disparaîtra des dictionnaires, il sera trop tard pour réagir." et l'a écrit sur son drapeau national. Chaque artiste a réalisé son drapeau, une vidéo et une photo.

La vidéo de l'œuvre à voir sur le site web : www.art-warning-the-world.net



La génèse du projet


 Convaincu que la notion de liberté est en danger dans le monde, il décide de créer une œuvre pour avertir l'humanité, ce sera une vidéo. Klaus Guingamp  trouve dans le monde des artistes désireux de participer à cette aventure universelle. Jamais leurs différences ne furent un frein à la réalisation de cette œuvre. Peintres, plasticiens, streets artistes, sculpteurs, photographes, dessinateurs ou tatoueurs,  ces hommes et ces femmes âgés de 19 à 65 ans, de toutes religions ou athées, se sont tous unis pour défendre le concept.

Une œuvre produite durant 30 mois volontairement sans sponsor, mécène ou parrainage car pour Klaus Guingand, la liberté ne peut pas être vendue ou récupérée. Et maintenant ? des expositions seront programmées en France et à l'étranger.


Mieux connaître Pierre-Paul Marchini


Peintre entièrement autodidacte vivant à Ajaccio, Pierre-Paul Marchini "aime tous les arts dans l’ensemble avec bien sûr depuis tout jeune, une prédilection pour le dessin. » nous dit Art actuel, un magazine d'art contemporain. Pierre-Paul Marchini n’a appris aucune technique de peinture, il a « dévoré » de nombreux ouvrages sur la vie des grands maîtres. Mais son style ne lui convenait pas. « J’étais enfermé dans un carcan trop académique". Le déclic se produit après des visites au Louvre où il découvre l’époque romantique italienne. « J’avais envie de peindre plus grand avec une expression plus large. J’ai alors abandonné le pinceau pour le couteau. »

Quelques unes de ses réalisations :

Mare 2013
Mare 2013

Aurore 2011
Aurore 2011
Fumée 2012
Fumée 2012
.
Pour découvrir le site officiel de Pierre-Paul Marchini, cliquer ici.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture