Deux fugitifs recherchés par la police italienne arrêtés dans le sud de la Corse

Deux fugitifs ont été arrêtés, ce samedi 13 février, dans le sud de l'île, à Figari et à Porto-Vecchio. Soupçonnés "d'association de malfaiteurs", ils étaient recherchés par la police italienne dans une vaste opération appelée "Maddalena".

Illustration. Les deux fugitifs corses, recherchés dans l'opération "Maddalena", ont été arrêtés ce samedi 13 février à Figari et Porto-Vecchio.
Illustration. Les deux fugitifs corses, recherchés dans l'opération "Maddalena", ont été arrêtés ce samedi 13 février à Figari et Porto-Vecchio. © Mikael Anisset/MaxPPP

Deux fugitifs recherchés dans le cadre d'une vaste série d'arrestations entre l'Italie et la France, baptisée"opération Maddalena"ont été appréhendés par la police ce samedi 13 février.

Jean-Louis Cucchi, 38 ans, et Dario Azzena, 48 ans, ont été interpellés hier matin à Figari et à Porto-Vecchio, selon un communiqué de la police de Carbonia, publié par Corse-Matin.

Les deux hommes ont été arrêtés dans le cadre de l'opération Maddalena, qui porte notamment sur des faits de "détentions d'armes" et "d'association de malfaiteurs dans le cadre d'un trafic de stupéfiants international, l'organisation de délits graves tels que des vols ainsi qu'une attaque de fourgon blindé".

Attaque de fourgon avortée et trafic de drogues

Les deux fugitifs interpellés sont soupçonnés d'avoir, entre autres, planifié l'attaque d'un fourgon blindé à Figari, en 2019. Opération jamais menée à bien pour des problèmes de logistique.

Jean-Louis Cucchi et Dario Azzena ont été conduits à la maison d'arrêt de Borgo, ce samedi 13 février. Ils seront ensuite transférés dans une prison de la région parisienne, avant d'être extradés dans les prochaines semaines en Italie. Le mandat d'arrêt européen étant délivré par les autorités transalpines.

Dans une première information, révélée par le quotidien L'Unione Sarda en janvier, Dario Azzena, décrit comme un "Sarde émigré en France", aurait notamment mis en place un réseau de vente de drogues.

Avec l'aide d'un complice, il coupait la substance, la vendait et procédait à des échanges bancaires avec un certain Giovanni Mercurio, 56 ans, présenté à la tête d'une organisation de trafic international d'armes et de stupéfiants avec la Corse. Certains de ces paiements ont été documentés dans les enquêtes : 60 000 euros en juillet 2019, 20 000 euros en février 2020.

Les recherches se poursuivent en Corse

Le trafic de drogue, d'armes et d'explosifs a eu lieu sur l'axe Sardaigne-Corse. Des drogues et des explosifs sardes étaient vendus en échange d'armes. Des quantités variables de drogues ont été commercialisées en Corse : un total de 82 kg de marijuana, 10 kg de haschisch et 5 kg de cocaïne ont été retrouvés par les forces de l'ordre.

Une première vague d'arrestations dans le cadre de l'opération Maddalena avait déjà eu lieu le 8 janvier dernier. Les carabinieri italiens, avec la direction territoriale de la police judiciaire, avaient mis en garde à vue 32 personnes entre Cagliari, Nuoro, Oristano, Sassari, Livourne, Grosseto, Rome, Caserta, Naples et la Corse.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité justice international italie