Cet article date de plus de 5 ans

Drapeau français brûlé à Ajaccio, "un acte grave et stupide" d'après le recteur

Lundi 19 janvier, alors qu'un drapeau marocain a été découvert sur le fronton d'une école d'Ajaccio, le drapeau français brûlé à terre... Plusieurs personnes ont réagi, le recteur Michel Barrat, l'ancien maire Simon Renucci et le député Camille de Rocca-Serra ont fermement condamné cet acte. 

Michel Barrat s'est rendu sur place dans la matinée, avec l'Inspecteur de l'académie de Corse-du-Sud et le directeur de cabinet du préfet. 

Précisant que le drapeau européen et a bandera n'avaient eux subi aucun outrage, le recteur a expliqué que le consulat du Maroc et le président du culte musulman de Corse avaient immédiatement condamné cet acte. 

"D'aucun pourraient y voir la manifestation d'une radicalisation minoritaire, certains y verront une provocation tendant à attiser les tensions entre les différentes communautés" conseille le recteur.  

"Aussi, convient-il de conserver tout le discernement nécessaire afin que cet événement regrettable ne serve pas à alimenter des positions idéologiques tranchées notamment en période électorale".  

Communiqué aussi de Simon Renucci


Simon Renucci et ses colistiers de la liste « Unis pour Ajaccio, Uniti pà l’avvene ! » ont eux aussi condamné ces "atteintes intolérables aux symboles républicains que sont le drapeau tricolore et l’école publique".

"Nous ne resterons pas immobiles face aux imbéciles, aux apprentis-sorciers et autres semeurs de troubles" est-il écrit dans leur communiqué.  

Réaction de Camille Rocca-Serra

Le député de la Corse du Sud, conseiller territorial et président du groupe Rassembler pour la Corse, a lui aussi réagi. 

"Porter atteinte (au drapeau français) revient à bafouer les fondements de notre société, notre vivre ensemble et notre histoire. C’est inacceptable" écrit-il. "Cet événement témoigne des dérapages et des amalgames redoutés depuis la tuerie du 7 janvier". 

Le député pointe enfin les propos de Laurent Ruquier et sa comparaison entre "extrémistes corses" et "terroristes islamistes" : "l’expression de la bêtise et de la stigmatisation généralisée de telle ou telle population". 




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers