"Les pompiers sont venus tambouriner en nous disant de sortir au plus vite", à Ajaccio, un immeuble évacué pour risque d'effondrement

Plusieurs appartement d'un immeuble situé dans une résidence ajaccienne ont été évacués, ce samedi 10 décembre. Une opération sécuritaire engagée suite à un effondrement survenu sous la structure, menaçant sa stabilité et la sécurité de ses occupants.

"Les pompiers sont venus tambouriner aux environs de 10h, en nous disant de sortir au plus vite, parce qu'il y a eu un sacré éboulement." Corinne, résidente au premier étage de l'immeuble Le Patio, boulevard Louis Campi, observe, l'air dépité, les secours s'affairer autour du bâtiment.

"C'est vrai qu'on l'a entendu, ce matin. Mon mari m'a dit, c'est le tonnerre, et je lui ai dit non, c'est un éboulement. Mais avec tous les travaux qu'il y a autour, de là à savoir que c'était notre immeuble..."

Comme une quarantaine d'autres occupants, Corinne et son époux ont été évacués, dans la matinée, de leur appartement, ce samedi 10 décembre. La raison : un effondrement de 12 à 15 mètres survenu sous l'habitation de sept étages, désormais menacée par un nouvel écroulement. 

Une vingtaine d'appartements évacués

"Nous avons été appelés en fin de matinée pour une inquiétude suite à un ravinement" survenu sous les garages, au niveau des fondations de l'immeuble, détaille Jean-François Tosi, chef du centre de secours principal d'Ajaccio. "L'action réflexe a été d'évacuer la moitié du bâtiment, c'est à dire la partie Est, celle qui nous paraissait la plus exposée au risque", soit une vingtaine d'appartements. Aucun blessé n'est à déplorer.

Concernant la partie Ouest de l'immeuble, aucun risque n'a pour l'heure été mis à jour. "Mais nous mettons en place un réseau de mesures de façon à nous assurer qu'en cas d'évolution de la situation défavorable, on puisse l'évacuer."

Aussitôt l'intervention d'urgence bouclée, une phase "d'analyse technique de la situation" a été entamée par les secours, poursuit Jean-François Tosi. L'objectif : déterminer si les locaux étaient ou non suffisamment sécurisés pour permettre aux habitants de rejoindre leur logement. 

Un arrêté de mise en sécurité prochainement prononcé

Le diagnostic est tombé vers 16h : un arrêté de mise en sécurité sera prochainement prononcé pour l'immeuble. Impossible, donc, pour les occupants de la partie Est de retrouver leur appartement avant demain, au minimum. Ces derniers ont simplement été invités à retourner rapidement chez eux pour récupérer quelques affaires, et attendent désormais de savoir où ils seront relogés pour la soirée.

Arrêté de mise en péril ou non, pour certains habitants, le choix était déjà bien fait : pas question de rejoindre dans ces conditions leur logement. "Ils veulent mettre des capteurs, mais il faut avoir envie de rentrer dans un immeuble avec des capteurs", souffle Corinne, l'habitante du premier étage. 

Plus encore, cette dernière craint que la situation soit amenée à se reproduire. "Ce n'est que de la terre, et avec les fortes pluies qu'on a, c'est obligé que ça descende. On sait qu'à tout moment, sans dire que l'immeuble va s'effondrer, il peut se passer quelque chose. Donc ou on rebouche ce trou une bonne fois pour toutes, ou alors on fait un espace vert, mais n'allez pas encore reconstruire. Là on ne peut pas descendre au sous-sol chercher nos voitures, ceux qui travaillent sont coincés..."

Un premier éboulement en août dernier

En août dernier, un premier éboulement était déjà survenu au même endroit à la suite de la tempête meurtrière qui avait frappé l'île.

Des travaux de solidification du terrain avaient été engagés, et l'accès au second sous-sol avait été fermé aux habitants durant plusieurs semaines.