• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Chômage : pas de répit pour la Corse

Avec 22240 demandeurs d’emploi au 2ème trimestre 2018, la Corse est une des régions de France les plus touchées par le chômage. / © FTVIASTELLA
Avec 22240 demandeurs d’emploi au 2ème trimestre 2018, la Corse est une des régions de France les plus touchées par le chômage. / © FTVIASTELLA

Avec 22 240 demandeurs d’emploi au 2ème trimestre 2018, la Corse est une des régions de France les plus touchées par le chômage. Les très jeunes, les femmes et les seniors sont les plus concernés. La mission locale et Pôle Emploi tentent d'enrayer le fléau.

Par Marc-Antoine Renucci / France 3 Corse ViaStella

Emilie a eu son bac il y a 4 mois. Son objectif est de devenir assistante vétérinaire. Au lieu des bancs de la fac, elle a préféré s’inscrire à la mission locale.

"Enchaîner sur des études ce n’était pas vraiment fait pour moi. J’ai entendu parler de la mission locale et du dispositif Garantie jeunes, qui me permettraient de me former dans un cadre plus professionnel et moins scolaire", déclare Emilie Alagna Borelli.

La Garantie jeunes de la mission locale aide des chômeurs de 16 à 26 ans à rentrer dans la vie active. Elle les accompagne dans leur recherche de stage et d’emploi, et leur verse même une allocation de 480 euros par mois.

"Chaque jeune signe un contrat à son entrée, qui lui confère des droits et des devoirs. Pendant un mois, ils doivent être présents tous les jours à 9h et 14h. S'ils sont absents, ils doivent fournir un justificatif", explique Natale Casasoprana, conseiller en insertion à la mission locale.
 
Chômage : pas de répit pour la Corse
Intervenants - Emilie Alagna Borelli; Natale Casasoprana, Lesia Istria , conseillers en insertion Garantie jeunes de la mission locale; Isabelle, demandeuse d'emploi; Equipe - Marc-Antoine Renucci, Franck Rombaldi.
 

"Des CV style fax des années 90"

"Le but de la Garantie jeunes est également de leur redonner un cadre et des outils". Des outils à commencer, par les lettres de motivation ou encore les CV.

"Nos jeunes arrivent avec des CV style fax des années 90. Du coup, nous essayons de les rendre plus attractifs. Rajouter de la couleur et viser leurs points forts dans leur secteur d’activité", indique Lesia Istria, également conseillère en insertion à la mission locale.

Direction Pôle Emploi. Ici les profils sont différents. Isabelle est une ancienne aide-soignante. A Ajaccio, elle a passé 3 ans au chômage. Aujourd’hui elle voit enfin le bout du tunnel, mais devra déménager à Paris pour son nouveau travail.

"J’ai été chômeuse de longue durée, mais j’en ai profité pour faire une formation. Il faut considérer le Pôle Emploi comme un tremplin ! Ça a été très long, mais au final j’ai retrouvé du travail, et c’est ce qui est le plus important", confie-t-elle.

En Corse, au 2ème trimestre 2018, le nombre de chômeurs est en légère baisse, de 1% sur un an.

Il  reste pourtant très élevé, à 22 240 demandeurs en catégorie A, B et C. Un tiers d’entre eux est au chômage longue durée, c’est-à-dire depuis plus d’un an.




 

Sur le même sujet

Centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu, dialogue de sourds

Les + Lus