"On fait la queue depuis des heures sans informations" : à Marseille, la frustration des passagers pour la Corse

Les intempéries qui sévissent en Corse ce week-end ont contraint la compagnie Air Corsica à annuler la majorité de ses vols au départ et en direction de l'île de beauté, ce samedi 21 décembre. À la grande frustration des passagers à Marseille, dans l'attente d'informations depuis ce matin. 

Une bagarre entre deux passagers s'est déclenchée aux alentours de 14h, devant le comptoir de la compagnie Air Corsica.
Une bagarre entre deux passagers s'est déclenchée aux alentours de 14h, devant le comptoir de la compagnie Air Corsica. © DR
"Je fais la queue depuis des heures, mes enfants n'ont pas mangé depuis ce matin, et personne ne peut nous répondre. Je suis à bout. C'est du gros n'importe quoi."

Comme cette passagère, les quelque 300 voyageurs à destination de Corse rongent leur frein, ce samedi 21 décembre, dans le hall de l'aéroport de Marseille - Provence. "Je comprends bien qu'il y a des impératifs de sécurité avec la météo, continue cette mère de famille, mais quand même..."

Accompagnée de ses deux petites filles, elle avait pris des billets pour passer les fêtes de Noël dans la famille de son époux, en région ajaccienne. Mais le voyage lui semble désormais compromis : "On mériterait d'avoir un peu plus d'informations sur la situation. Là, je ne sais pas même pas où je serai ce soir, histoire de m'organiser !"


Manque de communication


Un manque de communication confirmé par Camille, une autre voyageuse : "J'étais censée prendre le vol de 9h20 pour Ajaccio, mais il a été annulé, comme tous les vols suivants. Et depuis, on a eu zéro annonce commune de la part du personnel pour nous dire comment ça allait se passer, si nos vols étaient décalés, reportés ou non."

Selon elle, pour obtenir des détails sur leurs options de voyage, les passagers sont contraints de se rendre directement au comptoir de la compagnie Air Corsica. Problème : celui-ci est débordé de monde, et les temps d'attente dépassent les 1h30 à 2h.
 
Intempéries : l'attente des passagers en direction de Corse à l'aéroport de Marseille

Des difficultés "liées à une situation météo exceptionnelle", explique la compagnie. L'aéroport d'Ajaccio étant submergé, la société a été contrainte d'évacuer le personnel du siège. Plus grave encore, elle accuse une perte de "capacités informatiques et téléphoniques suite à l'inondation des installations techniques", qui ralentit de fait le traitement des demandes.

Mais cette situation "irritante" a fini par user la patience de certains voyageurs. "Il y a eu beaucoup de mots violents à l'encontre du personnel d'Air Corsica, qui n'était pas en mesure de donner des renseignements" explique la jeune femme. Jusqu'à ce qu'une bagarre éclate, aux alentours de 14h, entre deux passagers devant le comptoir de la compagnie.
 

Passagers expulsés


"On les a entendu crier et se chauffer avant d'être interrompus par les agents de sécurité." Plusieurs agents de la police nationale sont alors contactés, et les passagers fautifs expulsés manu militari de l'aéroport. 

Depuis cet incident, le personnel de la compagnie s'appliquerait à donner plus d'infomations aux voyageurs, et il n'y aurait pas eu de nouveaux heurts, affirme Laurent Verdi, passager également dans l'attente de son vol. 
 
Mais la tension n'est pour autant pas complétement redescendue : si deux avions ont depuis été affretés pour transporter une partie des passagers vers Bastia - un premier pour les passagers du vol de 9h20 en direction d'Ajaccio ; et le second pour d'autres passagers venant de plusieurs vols, notamment d'un parti de Paris et détourné à Marseille -, la solution ne conviendrait pas à tout le monde.

Plusieurs passagers ont ainsi refusé de prendre ces vols, dont les départs sont prévus entre 18h et 20h. Camille, elle, après de longues heures d'attente, vient de passer les contrôles d'embarquement. "J'espère que je pourrais prendre l'avion, maintenant. Mais même une fois arrivée à Bastia, je ne sais même pas si je pourrais rejoindre Ajaccio, si les routes seront encore praticables..."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
intempéries météo transports aériens économie transports