Préfet Bonnet : 23 ans après l'incendie de la paillote, les comptes ne sont pas encore réglés

Publié le Mis à jour le

L'incendie de la paillote Chez Francis, en 1999, de nouveau devant la justice. Mais cette fois, c'est Bernard Bonnet qui porté plainte contre Yves Féraud, le propriétaire de l'établissement. La raison, le versement d'indemnités.

23 ans après l'incendie de la paillote chez Francis par une poignée de gendarmes sur ordre du préfet Bernard Bonnet, l'affaire continue d'avoir des répercussions judiciaires. 

Mais cette fois-ci, c'est Yves Féraud qui doit s'expliquer. Le propriétaire du restaurant de plage incendié à Coti-Chiavari a été convoqué hier, vendredi 2 décembre, par un juge d'instruction parisien, à la suite d'une plainte déposée par l'ancien préfet pour escroquerie, complicité de faux et usage de faux. 

11.340 euros

En janvier 2003, après un procès retentissant, Bernard Bonnet avait été condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. Il était également condamné à à verser 23.650 euros, dont 11.340 euros correspondant au préjudice de la SARL Chez Francis. 

Le problème, c'est que la société est en liquidation judiciaire. Bernard Bonnet y voit une raison pour ne pas régler la totalité de la somme à Yves Féraud et son épouse, puisque, juridiquement, cette somme de 11.340 euros est due au liquidateur. Yves Féraud qui entend faire appliquer la décision de justice, envoie un huissier à l'ancien préfet. 

En 2013, "monsieur Bonnet va contester le commandement d'huissier, et il ne va pas se limiter à faire cela. Il va également porter plainte contre Yves Féraud pour tentative d'escroquerie", raconte maître Saveriu Felli, l'avocat d'Yves Féraud.   

Selon Bernard Bonnet, c'est le liquidateur qui aurait dû mander l'huissier, et pas Yves Féraud. 

Erreur

 En 2015, la justice a rendu un non-lieu, et Bernard Bonnet a fait appel. Dernier épisode en date de la procédure, la convocation de l'ancien paillotiste devant le juge d'instruction. Me Felli se veut serein : "il y a eu une erreur dans l'exécution, mais aucune tentative d'escroquerie. C'est un événement judiciaire totalement banal"

A l'issue de l'audition de vendredi, Yves Féraud a été placé sous statut de témoin assisté. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité