Qui en veut aux pompiers de Vero ? 


Qui en veut aux pompiers de Vero ? C'est la question posée au lendemain de l'incendie qui a détruit l'un de leur véhicule d'intervention dans leur caserne. L'enquête commence, mais ces dernières années, la vallée de la Gravona est soumise à une forte pression incendiaire.
© Sylvie Wolinsky/FTVIASTELLA
À Ajaccio, un poste de commandement est arrivé de Haute-Corse. Il prêté par le SDIS 2B (service départemental d’incendie et de secours de Haute-Corse), et remplacera provisoirement le véhicule détruit par les flammes dans la nuit du lundi 20 août au mardi 21 août sur le parking de la Caserne de Vero.

Mardi, la préfète de Corse devait se rendre sur la commune, une visite prévue de longue date, afin d'évoquer le dispositif de lutte contre les feux de forêt dans la Vallée de Gravona soumise depuis plusieurs années à une forte pression incendiaire. 

 
Arrivée du poste de commandement du service de secours et d'incendie de Haute-Corse à Ajaccio


« Il y a eu des départs de feu intentionnels l’an dernier. Ça recommence cette année avec un cran supplémentaire. Là, l’incendiaire, ou les incendiaires, ont mis à mal l’outil opérationnel de travail des sapeurs-pompiers. C’est extrêmement grave », estime-t-elle. 
 

Pyromanes 


Les circonstances du sinistre ravivent les inquiétudes concernant la présence de pyromanes dans la vallée de la Gravona. Car l'incendie du camion s'est déclaré alors que les pompiers intervenaient à quelques kilomètres sur un feu de mobile home. Deux départs de feu ont aussi étaient constatés à proximité de la Caserne. 

 
Qui en veut aux pompiers de Vero ?


« Il y a un lieu direct entre la visite prévue de la préfète pour mettre en place un système de veille par l’intermédiaire d’associations, et l’incendie du bungalow et du camion de la caserne des pompiers. Là, c’est plus qu’une coïncidence », soutient Christian Leca, maire de Vero. 

100 hectares partis en fumée en 2016, 35 départs de feu constatés en 2017, sur les communes de Vero et Tavaco. Tous étaient intentionnels. Selon les élus locaux, le calme de l'été 2018 n'est dû qu'à des conditions météo favorables et à une surveillance renforcée du territoire. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers pompiers