• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Ring Cargésien forme la jeune garde du noble art depuis 34 ans

Le ring Cargésien existe depuis trois décennies. Et l’école de boxe attire toujours plus d’adhérents. À tel point que le club ne peut pas répondre à toutes les demandes d’adhésion.

Par Audrey Altimare

Ils ont l’âge du rêve, celui où on s’enflamme pour les exploits des autres. C’est la jeune garde du Ring Cargésien. Ils représentent une trentaine de licenciés toutes catégories confondues. Ils sont unis dans l’effort et la passion. « Ca me motivait parce que je voyais les autres s’amuser et ça m’a donné envie. Je n’ai pas peur au milieu des garçons, je un peu aussi fort qu’eux », sourit une jeune fille.


Boxe et loisir ou boxe éducative dans cette salle, la pratique du noble art n’est pas un vain mot. Le Ring Cargésien enregistre déjà 34 ans d’activité avec toujours le même fil conducteur : la formation des jeunes. « C’est de la boxe éducative, c’est surtout des jeux. On fait beaucoup de gymnastique, on fait beaucoup de boxe dans le vide, […] c’est vraiment pour découvrir la boxe.

Ils ne sont pas encore en âge de mettre les gants, pas en âge de se faire mal. Pour l’instant, on les prépare. Si après ils veulent continuer la boxe pourquoi pas, pour l’instant ils font du sport et ils se régalent comme ça
», indique Antoine Biggi, président du Ring Cargésien.

Exiguïté 


Du sac au ring en passant par la corde, l’exercice rythme les entraînements. L’objectif consiste à s’accommoder d’une activité physique, et ce, à raison de deux séances hebdomadaires. Une aubaine pour les adeptes de la discipline et pour les parents aussi. « Ce sont les enfants de tout un canton qui bénéficient de ce genre de cours en plus encadrés par des professionnels », se réjouit une mère de famille.

La satisfaction est unanime. Mais le Ring Cargésien ne peut répondre à toutes les demandes d’adhésion, car l’exiguïté de la salle empêche la moindre démarche de développement. Néanmoins, la tendance pourrait très vite s’inverser.

La construction d’un complexe sportif municipal est en projet. Une salle dédiée au noble art y aurait alors toute sa place. L’occasion aussi pour le club de se définir d’autres horizons et de grandir un peu plus dans le regard des autres.


Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus