• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 2 : les supporteurs d'Ajaccio interdits de match au Havre vendredi

© Creative commons / Wikipedia
© Creative commons / Wikipedia

Les supporteurs de l'AC Ajaccio ne pourront pas assister au match de leur équipe au Havre vendredi, pour la 29e journée de Ligue 2, en vertu d'un arrêté préfectoral faisant référence à des incidents lors d'une précédente rencontre ayant opposé les deux équipes en mai 2018.

Par P.S. avec AFP

"Le vendredi 15 mars de 6h à minuit, il est interdit à tout personne munie ou non de billet, se prévalant de la qualité de supporter de l'Athletic Club Ajaccien ou se comportant comme tel, de circuler ou stationner sur la voie publique" dans des périmètres incluant le stade, la gare et le centre-ville du Havre, selon l'arrêté publié le 4 mars.

La préfecture estime que le "risque de troubles graves à l'ordre public est avéré" étant donné "le lourd contentieux existant entre les deux clubs et leurs supporters depuis les événements qui se sont déroulés à Ajaccio lors du match de barrage opposant les deux clubs le vendredi 18 mai""Alors que le car de l'équipe havraise s'approchait du stade d'Ajaccio, il se retrouvait bloqué à une cinquantaine de mètres de l'entrée par quelques dizaines de 'supporters' ajacciens excités, proférant des insultes racistes lançant des fumigènes et quelques pierres dont une endommageait le car et causait son immobilisation pendant trois heures", rappelle la préfecture dans son arrêté.

"Le pare-brise du car avait été fendu et un fumigène ou gros pétard avait explosé celui-ci", poursuit l'arrêté.

Le match avait dû être reporté au 20 mai 2018 mais la situation avait alors "à nouveau fortement dégénéré tant dans les tribunes que sur le terrain", rappelle encore la préfecture qui mentionne des "risques encourus par l'équipe corse et ses supporters lors du match" de vendredi. 

Le match du 20 mai 2018 avait été marqué par une bagarre sur le terrain, tandis que les dirigeants normands étaient pris à partie dans les tribunes. En conséquence, la Ligue de football professionnel (LFP) avait condamné en juin 2018 l'AC Ajaccio à deux matches à huis clos et à un retrait d'un point avec sursis. Et l'entraîneur ajaccien Olivier Pantaloni avait écopé de quatre matches de suspension, dont un avec sursis, après son exclusion lors de cette rencontre.

La commission de discipline de la LFP avait, elle, infligé au défenseur de l'ACA Faïz Selemani sept matches ferme de suspension.
 

Sur le même sujet

Corse : série d'attentats et de tentatives d'attentats contre des habitations

Les + Lus

Les + Partagés