• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La maladroite offre des CFC pour la manifestation d'Ajaccio

Illustration - Un train des Chemins de Fer de la Corse / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Illustration - Un train des Chemins de Fer de la Corse / © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

A l'occasion de la manifestation nationaliste organisée samedi à Ajaccio, les Chemins de Fer de la Corse (CFC) ont annoncé un tarif promotionnel pour s'y rendre, non sans déclencher un début de polémique, alors que cette société publique est financée par la collectivité de Corse.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

L'annonce faite mercredi sur la page facebook des Chemins de Fer de la Corse fait réagir.

A l'occasion de la manifestation organisée par les présidents du conseil exécutif et de l'assemblée de Corse, l'entreprise publique annonce "une tarification particulière", avec "une réduction de 50% sur tous les trains « Grandes Lignes » de la journée".

Cette offre intervient dans un contexte déjà tendu entre ceux qui sont pour et contre cette manifestation voulue par la majorité nationaliste à quelques jours de la venue d'Emmanuel Macron en Corse. 

"Une Société Publique Locale financée par la CTC offre 50% du billet pour se rendre à la manifestation politique nationaliste du 03 février à Ajaccio ! En droit pénal ça s’appelle détournement de fonds publics !", s'est ouvert sur Twitter le président de la Communauté d'agglomération de Bastia, alimentant un début de polémique.


Des internautes saluent au contraire une décision qui doit permettre d'"éviter un trop grand nombre de personnes sur les routes". D'autres défendent une manifestation "qui a pour objectif de défendre la démocratie".  


La direction des CFC a également réagi dans un communiqué jeudi matin. Elle assure ne pas avoir voulu avec cette offre "inciter les gens à aller à la manifestation d'Aiacciu", mais plutôt "convaincre les gens (…) de prendre le train plutôt qu'un autre moyen de transport", "plus sûr que la route en période hivernale".


"U troppu stroppia" ​

La fédération LR de la Haute-Corse est entrée à son tour dans la polémique jeudi après-midi, s'étonnant du "communiqué rectificatif mais néanmoins alambiqué" des CFC. Dans un post sur facebook, elle dénonce des tarifs promotionnels bien loin de ceux habituellement pratiqués.

"La réduction de 50% n’est pas une réduction habituelle, les scolaires ayant droit à un maximum de 30%, de même que les groupes. Cette réduction de 50% est réservée aux plus de 60 ans et aux handicapés". 




La fédération LR de la Haute-Corse indique avoir appelé une gare pour se faire confirmer le tarif à quoi il lui aurait été répondu: "Il suffit de dire que vous allez à la Manifestation."
 
"Les partis politiques qui appellent à la manifestation n’ont qu’à affréter les trains comme cela se pratique sur le continent. Messieurs les nationalistes le beurre et l’argent du beurre ça suffit", conclu la fédération LR de Haute-Corse. 


Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni ont été reçus à Paris la semaine dernière par le Premier ministre Edouard Philippe, le président du Sénat Gérard Larcher et le président de l'Assemblée nationale François de Rugy.

A la sortie de leurs entretiens, les deux leaders nationalistes ont jugé que "l'Etat refusait de reconnaître et de prendre en compte la dimension politique de la question corse", appelant à une "grande manifestation populaire" le 3 février à Ajaccio.

A lire aussi

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus