Cédric Villani : "les sciences mathématiques c'est avant tout de l'enthousiasme et des émotions"

Mardi 23 avril, Cédric Villani a animé une conférence en clôture du forum des Mathématiques organisé à Porto-Vecchio. Le spécialiste de l'analyse mathématique, récompensé d'une médaille Fields en 2010, répond aux questions de France 3 Corse ViaStella.

Il est sûrement le spécialiste de l'analyse mathématique le plus connu en France. Cédric Villani, récompensé de la médaille Fields en 2010, a animé une conférence en clôture du forum des Mathématiques, à Porto-Vecchio, mardi 23 avril.

Quelques heures avant son intervention, il a répondu aux questions de France 3 Corse ViaStella. 

Comment expliquer votre présence à Porto-Vecchio aujourd’hui ?  

C’est un bel événement et j’avais à cœur de le soutenir. C’est un événement qui est installé dans une tradition, qui fait participer toute la Corse puisque nous avons des jeunes, des scolaires, qui viennent avec leur enseignant. Ils viennent pour des jeux, des animations, des conférences, dans une ambiance conviviale.  

C’est important de soutenir l’énergie là où elle se manifeste. Là où on peut rappeler que les sciences mathématiques, comme les autres sciences, c’est avant tout une affaire d’enthousiasme, d’émotions, de culture, d’activités qui se transmet.  

Je suis très fier de le soutenir dans ce pays qui a une tradition de l’excellence et d’enthousiasme mathématique jamais démenti.  

Cet enthousiasme peut manquer dans le grand public, les mathématiques pâtissent d’une réputation détériorée. Pour vous, ça passe par ces événements le travail pour redonner le goût des maths aux élèves ?  

Il y a la réputation qui est ce qu’elle est. Il y a l’érosion et les difficultés de notre système éducatif qui sont ce qu’elles sont. Et c’est notre boulot ici, avec moi et bien d’autres passionnés de mathématiques, de rappeler que l’on est sur quelque chose qui est plein d’émotions, quelque chose dans laquelle il y a de grandes aventures et aussi de petites aventures. C’est quelque chose de très humain qui se transmet.  

C’est pour cela que l’on s’adresse aussi au grand public avec des conférences. Mardi soir, nous avons fait une conférence à deux voix, avec Dominique Barbolosi, sur l’intelligence artificielle au service de la médecine.  

C’est pour bien rappeler que les mathématiques, ce sont à la fois des problèmes beaux que l’on aborde par amour de la résolution, et des choses extrêmement pratiques avec de l’impact avec lesquelles ont fait de meilleurs diagnostics, de meilleurs pronostics médicaux entre autres.  

Alors comment applique-t-on les mathématiques dans ces disciplines ?  

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ? C’est un mot grand public qui sert à tout le monde, mais en vrai, l’intelligence artificielle n’existe pas. Ce sont des statistiques, des problèmes mathématiques, de la théorie des données. C’est un ensemble de sujets qui convergent dans lesquels les questions mathématiques, algorithmiques et en particulier statistiques jouent un rôle majeur afin de pouvoir accomplir des tâches que l’on pourrait croire réservées aux spécialistes, mais dans lesquelles les spécialistes peuvent trouver une aide précieuse.  

Pour un médecin qui va passer une partie de sa vie à analyser des images médicales, utiliser son expérience pour mieux déterminer si tel ou tel pronostic est viable... La statistique, l’algorithmique, l’analyse automatique d’images sont des auxiliaires précieux.  

Aujourd’hui, les algorithmes, par exemple pour la reconnaissance du cancer du sein, font des prédictions plus fiables que les meilleurs humains. Il serait bête de s’en passer.