• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Près de Propriano, une nouvelle plateforme pour traiter les déchets verts

Près de Propriano, une nouvelle plateforme pour traiter les déchets verts
Anne Labertrandie, vice-présidente de la Communauté de communes du Sartenais Valinco; François Tatti, président du Syvadec; Jean Pereney, adjoint au maire de Viggianello - France 3 Corse ViaStella - Dominique Moret, Thierry Guespin, Frédéric Guichard

Le Syvadec a présenté jeudi 9 mars un nouvel outil de valorisation des déchets au centre d'enfouissement de Viggianello, près de Propriano. Il s'agit d'une plateforme de compostage des déchets verts. 6 autres unités devraient être installées sur l'île.

Par France 3 Corse ViaStella

La plateforme dédiée à la fabrication du compostage sera terminée pour la mi-septembre. Le but du Syvadec est double : limiter le tonnage enfoui et éviter les mauvaises odeurs. Une association de riverain, Valincu Lindu, soutient le projet porté par les élus.

« 600 tonnes de bio-déchets et 600 tonnes de déchets verts. Il faut mélanger les deux pour obtenir du compost de qualité. Cela permettra d’économiser 1.200 tonnes en plus des tonnages qui sont aujourd’hui détournés avec le compostage individuel. Au niveau du centre d’enfouissement, les principales nuisances sont dues au bio-déchets et aux nuisances olfactives. En les sortant en amont, cela permet de les réduire », explique Anne Labertrandie, vice-présidente de la Communauté de communes du Sartenais Valinco.

Le Syvadec projette de construire en tout sept unités de ce type à travers toute la Corse. Cette conférence de presse à Viggianello intervient dans une période de conflit autour d'un projet de plateforme de compostage dans la région de Vico. Depuis mardi 7 mars, les membres du collectif Pà un pumonte pulitu occupent les locaux du Syvadec. Ils ne veulent pas d'une telle infrastructure sur le site de l'actuel centre d'enfouissement technique. Le choix n'est pas encore fait.

« Nous avons suspendu le projet de Vico parce que nous attendions de savoir s’il y avait d’autres possibilités foncières pour le faire. Nous ne sommes pas forcément entêtés pour le faire à l’endroit précis. L’idée est qu’il faut le faire pour le territoire. S’il y a d’autres propositions dans le territoire, nous le ferons ailleurs. Mais s’il n’y en a pas, il faudra bien que l’on fasse notre travail qui consiste à faire avancer la Corse », affirme François Tatti, président du Syvadec.


Saturation du CET de Vico


Le CET de Vico a atteint sa pleine capacité. Il ferme le 31 mars. Les ordures qui y sont enfouies seront alors réparties entre Prunelli-di-Fiumorbo et Viggianello. Mais les élus du Valincu mettent en garde : ils demandent l'ouverture d'un troisième centre sous peine de renvoi du tonnage supplémentaire.

« On ne va pas accepter, c’est-à-dire que l’on va faire respecter la limite administrative qui est de 45.000 tonnes. L’année dernière, nous avons accepté de dépasser cette limite pour aller à 80.000 et l’année d’avant, nous sommes allés à 65.000. Cette année, compte tenu qu’il ne nous reste plus que deux ans d’enfouissement, si on acceptait, on approcherait les 120.000 tonnes. C’est impensable », met en garde Jean Pereney, adjoint au maire de Viggianello.

Le Syvadec se réunit en assemblée générale le 21 mars. Ses représentants espèrent une réponse positive de la part des services de l'Etat pour une réouverture de Tallone.

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus