Trafic de drogue et blanchiment à Ajaccio : des peines jusqu'à 10 ans de prison prononcées

Le tribunal correctionnel d’Ajaccio a rendu son délibéré, ce 23 avril, dans une affaire de trafic de drogue et blanchiment entre la région ajaccienne et le Valinco. Treize personnes, parmi lesquelles Yassine Akhazzane et Dylan Nunes, étaient jugées.

De la relaxe à 10 ans de prison. Le tribunal correctionnel d'Ajaccio a rendu son jugement, ce mardi 23 avril, en début d'après-midi, dans le procès consacré à un large trafic de drogue et de blanchiment entre la région ajaccienne et le Valinco. Une affaire pour laquelle treize personnes ont comparu du 9 au 17 avril derniers.

Sans surprise, les peines les plus importantes ont été prononcées à l'encontre de Dylan Nunes et Yassine Akhazzane. Ils sont respectivement considérés par la justice comme le chef de réseau et le donneur d'ordre de ce vaste trafic de cannabis, cocaïne et ecstasy, qui aurait pris place sur 18 mois, et aurait permis de récolter la somme de 2,7 millions d'euros, selon les estimations des enquêteurs.

Jusqu'à 10 ans de prison

Dylan Nunes, reconnu comme l'organisateur du trafic de stupéfiants et le concepteur du système de blanchiment, écope ainsi de 10 ans de prison. Soit quatre années de moins que ce qu'avait requis le procureur, Alexandre Apel. Dylan Nunes, qui comparaissait en visioconférence depuis la prison de Toulon, a reconnu, lors de l'audience, avoir tout orchestré depuis sa cellule.

Yassine Akhazzane est, lui, condamné à 7 ans de prison - soit, là encore, quatre années de moins que la peine requise par le représentant du ministère public -. Interrogé au sortir du délibéré, Me Jean-François Vesperini, son avocat, estime que cette peine revient à la juste participation de son client dans les faits.

Considéré comme le donneur d'ordre dans cette affaire, et présenté par la justice comme une “étoile montante du grand banditisme”, “grossiste en cocaïne chapeautant le narcotrafic en Corse”, Yassine Akhazzane s'estimait, dans ce dossier, victime de sa mauvaise réputation et de son passé judiciaire. Outre ce dossier, l'homme affiche déjà 18 condamnations à son casier judiciaire, et est actuellement incarcéré et mis en examen dans d’autres affaires.

Les peines prononcées à l'encontre des autres prévenus, chacun accusés d'avoir occupé différents rôles dans ce vaste trafic de stupéfiants et de blanchiment, vont de six ans à la relaxe.

Une peine de 6 ans de réclusion criminelle a été prononcée à l'encontre de Tarik El Fettouhi. Pour Alexandre Luiggi et Mathéo Le Hen, 5 ans de prison. Pour Charles-Antoine Perinetti, et Tarak Ayadi, 5 ans de prison, dont 2 avec sursis.

Diana Erminy est condamnée à 3 ans de prison dont un an avec sursis ; Katia Ornec, Mélanie Mannoni et Timothée Boutin, à 3 ans de prison dont 2 ans avec sursis, l'année ferme étant aménageable sous la forme d'une détention à domicile sous surveillance électronique. Claude Planec écope de la plus petite peine : 8 mois d'emprisonnement, aménagés avec un bracelet électronique.

Enfin, Camille Mondoloni est relaxée.

Toutes les personnes qui comparaissaient dans cette affaire libre n'ont vu aucun mandat de dépôt prononcé à leur encontre. Dans l'ensemble, les peines prononcées par le tribunal correctionnel d'Ajaccio sont ainsi moins élevées que celles qui avaient été requises par le représentant du ministère public, le 16 avril dernier.

2,7 millions d'euros de chiffre d'affaires

Pour rappel, dans cette affaire, les enquêteurs suspectaient qu'une partie de la somme récoltée dans ce trafic - 2,7 millions d'euros - aurait été blanchie avec le rachat de tickets gagnant de la Française des jeux.

En septembre dernier, un premier procès s’est tenu dans cette affaire. Des peines allant jusqu’à 7 ans de prison avaient alors été prononcées à l’encontre des prévenus.