Corse : il y a 78 ans mourrait, à Auschwitz, la Résistante Danielle Casanova

La Résistante Danielle Casanova est morte au camp d'Auschwitz le 9 mai 1943. En sa mémoire, une cérémonie s'est tenue dans son village de Piana, ce dimanche, lors de laquelle un descendant d'une personne sauvée par la militante communiste s'est manifesté pour la première fois.

Le 9 mai 1943, la Résitante corse, Danielle Casanova, meurt du typhus dans le camp d'extermination d'Auschwitz.
Le 9 mai 1943, la Résitante corse, Danielle Casanova, meurt du typhus dans le camp d'extermination d'Auschwitz. © FTV

Symbole de la Résistance, militante communiste et féministe, Danielle Casanova meurt le 9 mai 1943 au camp d'extermination d'Auschwitz.

Dans son village de Piana, ce dimanche, une cérémonie d'hommage lui a été rendue devant la sépulture symbolique érigée en sa mémoire. Une cérémonie en petit comité suite à la pandémie du coronavirus. "Une quarantaine de personnes ont participé, mais c'était beaucoup moins vivant que d'habitude et il n'y avait pas d'officiels. Il y a eu un dépôt de gerbes, une lecture de poème et nous avons chanté 'Nuit et brouillard' et le chant des partisans corses. Mais il n'y avait pas d'artistes", regrette Hyacinthe Choury, neveu de Danielle Casanova.

Au pied du monument, une des gerbes attire l'attention des organisateurs. Les fleurs sont arrivées de Paris. "Dans le petit mot qui les accompagnait, l'expéditeur explique que sa mère, enceinte, a été sauvée par Danielle Casanova. Nous connaissions l'histoire, mais c'est la première fois qu'une personne se manifeste. Nous sommes touchés et nous allons prendre contact avec elle", commente Hyacinthe Choury.

"Le ventre est encore fécond"

Malgré une cérémonie limitée à Piana, sur les réseaux sociaux, les hommages à la Résistante corse ont été nombreux.

Le maire de Bonifacio et président du groupe "Andà per Dumane", Jean-Charles Orsucci, écrit : "Il y a 78 ans aujourd'hui, disparaissait dans le camp de l'horreur à Auschwitz Danielle Casanova, militante communiste, icône de la résistance et pionnière du féminisme. Souvenons-nous de son engagement pour la liberté."

Un souvenir auquel ont également rendu hommage Paul-Félix Benedetti, leader du parti nationaliste Core in Fronte, et Laetitia Cucchi, présidente de l'association Inseme.

Des messages importants pour le descendant de Danielle Casanova. "Cela montre que la transmission se fait, que la mémoire est encore vive et que le ventre est encore fécond. Et puis nous sommes dans une période de relent de certaines idées, cela prouve qu'il y a une prise de conscience", reprend Hyacinthe Choury.

Fidèle à son engagement militant

Danielle Casanova est née Vincentella Perini le 9 janvier 1909 à Ajaccio. À 21 ans, elle adhère aux Jeunesses communistes, quelques années plus tard, en 1934, elle est élue membre d'une nouvelle direction des Jeunesses communistes puis secrétaire générale du comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme.

Quand l'Union des jeunes filles de France est créée en 1936, Danielle Casanova en devient la secrétaire générale. Elle est ainsi à l'origine des comités populaires féminins de la Résistance, crée le journal La Voix des Femmes et participe à la formation des premiers groupes de Francs-Tireurs et Partisans. Fidèle à son engagement militant, lorsque son parti est interdit en septembre 1939, elle décide d'agir dans la clandestinité.

Danielle Casanova est arrêtée à Paris le 15 février 1942. Incarcérée à Romainville, elle est déportée vers le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau le 21 janvier 1943, presqu'un après son arrestation. Elle y décède du typhus le 9 mai 1943. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
résistance culture histoire seconde guerre mondiale hommage société parti communiste politique