• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse : les enseignants dans la rue contre la réforme du collège

Le Président de la République, François Hollande et la Ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem lors de la visite d'un collège de la région parisienne, le 7 mai dernier. / © PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Le Président de la République, François Hollande et la Ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem lors de la visite d'un collège de la région parisienne, le 7 mai dernier. / © PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Plusieurs syndicats d'enseignants appellent à la grève ce mardi pour demander le retrait de la réforme du collège. Parmi les mesures contestées : la suppression des classes bilangues, l'augmentation de l'autonomie des établissements et la mise en place d'enseignements interdisciplinaires.

Par Angélique Mangon

En Corse, comme dans toute la France, de nombreux professeurs du collège seront dans la rue ce mardi pour protester contre la réforme défendue par la ministre de l'éducation. Sept syndicats appellent à la grève. En Corse, seule la CFDT soutien le projet qui, selon elle, "modernise les pratiques". 

Décryptage des points de crispation. 


Les classes bilangues et européennes


Elles permettent à 3.5 % des collégiens de l'académie d'Ajaccio d'apprendre deux langues dès la sixième mais devraient disparaître et être remplacées par l'apprentissage d'une deuxième langue vivante dès la cinquième. Cela suscite notamment l'inquiétude des professeurs d'allemand. 

En Corse, les enseignants s'inquiètent également de l'avenir des classes bilingues en langue Corse. 


Le grec et le latin 


Ils seraient désormais laissés à l'appréciation du chef d'établissement. Celui-ci aurait la possibilité d'organiser l'apprentissage de ses matières en option ou de les associer à une autre matière. En Corse, 11 % des collégiens sont concernés. Les enseignants craignent des suppressions de poste. 


L'autonomie


Les chefs d'établissement auraient le pouvoir d'organiser 20 % de l'emploi du temps. 


L'interdisciplinarité


Des heures de cours seraient mises en place avec des enseignants de plusieurs matières afin de rentre l'apprentissage plus attrayant. Pierre-Dominique Ramacciotti, représentant en Corse du syndicat national des lycées et collèges, comme nombre de ses collègues craint que les enseignants n'aient ni les moyens matériels ni le temps de les mettre en place.

Réforme du collège : les raisons de la grogne
Reportage : Caroline Ferrer, Mickaël Martin et Julie Labrouche. Intervenants : Pierre-Dominique RAMACCIOTTI, Représentant Syndicat national des lycées et collèges ; Nathalie Vidal, Représentante du Syndicat National des Enseignements de Second degré ; Marie Poletti, Représentante du SGEN- CFDT.


Sur le même sujet

Corse-du-Sud : 15 tonnes de verre collectées chaque jour auprès de 200 bars et restaurants

Les + Lus