Covid en Corse : les élèves de lycées consultés avant un retour partiel de l’enseignement à distance

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi un renforcement du protocole sanitaire dans les lycées et un recours partiel à l’enseignement à distance. Le rectorat confirme que certains élèves de Corse ont été sondés sur leur matériel informatique.
 

En Corse, les élèves de certains lycées ont été sondés sur leur matériel informatique et l'état de leur connection internet avant un retour partiel de l'enseignement à distance, du fait de l'épidémie de Covid-19.
En Corse, les élèves de certains lycées ont été sondés sur leur matériel informatique et l'état de leur connection internet avant un retour partiel de l'enseignement à distance, du fait de l'épidémie de Covid-19. © Jean-Marc LOOS / Maxppp
Alors que 3.538 élèves de lycées sont déclarés positifs au Covid-19 en France et 1.165 membres du personnel enseignant, selon le ministère de l’Éducation nationale, le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi soir de nouvelles mesures pour les lycées.

Dans ces établissements, juge-t-il, le protocole sanitaire renforcé mis en place au retour des vacances de la Toussaint est plus "difficile à appliquer" car "les déplacements des élèves sont plus nombreux et plus fréquents, et l’organisation de la restauration scolaire plus complexe."

Au moins 50% de présentiel

Désormais, une partie de l’enseignement pourra se faire à distance, à condition que les élèves soient présents 50% du temps. Le dispositif durera au moins jusqu’aux prochaines vacances scolaires.

"Il importe que chaque élève soit présent en cours au moins la moitié du temps scolaire", a écrit par courrier Jean-Michel Blanquer aux chefs d'établissement et professeurs. Le reste du temps, chaque établissement peut mettre en place un "accueil en demi-groupes", "par niveau" ou "le travail à distance un ou deux jours par semaine", ajoute-t-il.

Les chefs d'établissement décideront des modalités

Le ministre demande à ce qu’une "attention particulière soit apportée aux lycées professionnels pour lesquels la mise en œuvre de l’enseignement à distance est rendue plus complexe".

En Corse, depuis la rentrée scolaire, des lycéens ont bloqué les lycées du Fango et de Montesoro à Bastia et le lycée de Balagne pour réclamer un protocole sanitaire plus strict.

"Nous aimerions que dans les salles de cours la distanciation sociale soit respectée, que ce soit désinfecté et que le lycée soit fermé le temps que les règles sanitaires soient appliquées", expliquait jeudi Matteu Giona, membre de Ghjuventù Libera devant la cité technique de Montesoro.

Le rectorat assure qu’une délégation de lycéens a été reçue par les chefs d’établissement de ce lycée ainsi que du lycée de Balagne..

"Dans le cadre de la mise en œuvre [du] protocole sanitaire, en concertation avec le rectorat, la possibilité est donnée aux proviseurs d’organiser un enseignement à distance partiel là où la situation le nécessite.
Dans cette perspective, les établissements concernés ont pu sonder leurs élèves sur le matériel informatique dont ils disposent et leurs moyens de connexion",
assure l’institution dans un communiqué.

Dans cette perspective, les établissements concernés ont pu sonder leurs élèves sur le matériel informatique dont ils disposent et leurs moyens de connexion

Rectorat de l'académie de Corse

Contrôle continu au bac

Le ministre a par ailleurs annoncé que les épreuves d’évaluation communes de première et terminale, prévues par le baccalauréat nouvelle formule qui entre en vigueur cette année, seront annulées au profit du contrôle continu en raison de la crise sanitaire.
Les épreuves terminales sur les enseignements de spécialité, prévues en mars prochain, seront, elles, maintenues, mais leurs modalités "adaptées" pour tenir compte du contexte : toutes les disciplines concernées proposeront deux sujets ou des exercices au choix afin de couvrir l’ensemble des thématiques étudiées.

Une grève prévue le 10 novembre

Malgré l’annonce de ces mesures le Snes-FSU (premier syndicat enseignant du secondaire) et le Snalc (Syndicat national des lycées et collèges) ont maintenu leur appel national à une "grève sanitaire" le 10 novembre, dans le premier et le second degré. Les syndicats jugent que la question du collège est oubliée par le ministre. Ils demandent "la réorganisation de la demi-pension", le "recrutement d’agents pour nettoyer davantage les salles" et une "réflexion pour renforcer l’aération".

En Corse, 64 élèves sur 47.890 ont été testés positifs au Covid-19 sur les sept derniers jours et 20 enseignants sur 4.660. Ces cas n'ont pas entraîné de fermeture de classe.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus/covid-19 santé