Covid : la Corse parmi les régions les plus touchées par la surmortalité depuis septembre

Selon une étude Insee, entre le 1er septembre et le 26 octobre, la France a enregistré une augmentation de 7% des décès cumulés par rapport à la même période l'année dernière. La Corse fait partie des régions qui recensent la plus importante surmortalité, tout particulièrement la Corse-du-Sud.
ILLUSTRATION. Des employés de compagnie funéraire sortent le cercueil d'une victime de la Covid-19 dans un hôpital de Mulhouse. (5 avril 2020)
ILLUSTRATION. Des employés de compagnie funéraire sortent le cercueil d'une victime de la Covid-19 dans un hôpital de Mulhouse. (5 avril 2020) © Sébastien BOZON / AFP
Le rebond du nombre de décès enregistrés en France depuis le début du mois de septembre se confirme. C'est du moins ce qu'indique une étude de l'Insee parue ce vendredi 6 novembre.

Un constat qui vient préciser des indicateurs déjà relevés au cours des dernières semaines. Et qui s'inscrit après une diminution des décès ayant eu lieu à l'hôpital ou en clinique sur la période mai-août 2020 (-4%).

Ainsi, entre le 1er septembre et le 26 octobre, 94.851 décès, toutes causes confondues, ont été constatés dans le pays. Soit 7% de plus qu'en 2019 (88 476 décès comptabilisés), et 8% de plus qu'en 2018 (87.611 décès comptabilisés).

Des chiffres arrêtés à la date du 6 novembre qui restent provisoires. Ils seront révisés à la hausse dans les prochaines semaines, avec la remontée des actes mortuaires des mairies.

Forte augmentation des décès cumulés en Corse-du-Sud

Cette hausse n'est pas la même dans toutes les régions de France. Quatre enregistrent ainsi une augmentation de +10% des décès par rapport à 2019 sur la même période : en Auvergne-Rhône-Alpes (+12%), en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Occitanie (+11%), et en Corse (+10%).

Évolution des décès cumulés du 1ᵉʳ septembre au 26 octobre 2020 rapportés aux décès cumulés du 1ᵉʳ septembre au 26 octobre 2019 par région :
Ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l'Insee. Compte tenu des délais de transmission et de gestion, l’Insee publie les décès jusqu’au 26 octobre. Ces données sont provisoires.
Ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l'Insee. Compte tenu des délais de transmission et de gestion, l’Insee publie les décès jusqu’au 26 octobre. Ces données sont provisoires. © Insee
Mais là encore, au niveau départemental, cette surmortalité constatée [par rapport à l'année précédente, ndlr] n'est pas la même. La Corse-du-Sud recense ainsi une évolution de +27,8% sur la période par rapport à 2019.

C'est le deuxième taux départemental le plus élevé, derrière la Guadeloupe (+36,5%). À l'inverse, en Haute-Corse, on enregistre une baisse des décès cumulés (-3,6%).

Évolution des décès cumulés du 1ᵉʳ septembre au 26 octobre 2020 rapportés aux décès cumulés du 1ᵉʳ septembre au 26 octobre 2019 par département :
Ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l'Insee. Compte tenu des délais de transmission et de gestion, l’Insee publie les décès jusqu’au 26 octobre. Ces données sont provisoires.
Ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l'Insee. Compte tenu des délais de transmission et de gestion, l’Insee publie les décès jusqu’au 26 octobre. Ces données sont provisoires. © Insee

Les + de 65 ans sont les plus touchés

Le nombre de décès cumulés depuis le 1er septembre en France par rapport à l'année passée n'affecte pas toutes les classes d'âges de la même manière. Il est en baisse chez les jeunes de moins de 25 ans (-14%) et stable pour les 25-49 ans.

Les 50-64 ans enregistrent une évolution du nombre de décès cumulés sur la période de +3%, +8% entre 65 et 84 ans, et + de 9% au-delà.

Évolution du nombre de décès cumulé selon l’âge :
Ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l'Insee. Compte tenu des délais de transmission et de gestion, l’Insee publie les décès jusqu’au 19 octobre. Ces données sont provisoires.
Ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l'Insee. Compte tenu des délais de transmission et de gestion, l’Insee publie les décès jusqu’au 19 octobre. Ces données sont provisoires. © Insee
Tous âges confondus, et toujours sur la période du 1er septembre au 26 octobre pour la France entière, le nombre de décès comparé à 2019 augmente de 6% pour les femmes et 8% pour les hommes.

Les décès survenus depuis le 1er septembre sont également en augmentation par rapport à l'année dernière en maison de retraite (+12%) et à domicile (+16%)

"Prudence" dans l'analyse des données

L'étude Insee fait état de décès cumulés pour toutes causes confondues. De fait, si l'on peut assurer que la Covid-19 est responsable d'une partie de cette surmortalité, cette analyse ne permet pas de déterminer l'impact exact de la pandémie.

D'autant plus qu'il est compliqué de tirer une analyse précise des causalités sur une période aussi réduite, c'est-à-dire de seulement deux mois.

Pour la Corse, nous indique une source à l'Insee, c'est d'autant moins évident : l'effectif de la population est faible, environ 340.000 habitants. Les risques d'enregistrer des fluctuations difficilement explicables sont de fait plus importants.

Sur la période de septembre à octobre 2020, 240 morts, toutes causes confondues, ont été enregistrées en Corse-du-Sud, contre 192 en 2019. Soit 48 décès supplémentaires. Mais en 2018, on recensait sur la même période 241 morts dans le département.

D'où l'importance d'être prudent dans les analyses, tranche-t-on du côté de l'Insee. En Haute-Corse, de septembre à octobre, 241 morts ont été comptabilisées, contre 250 en 2019.

Une surmortalité relevée chez les plus âgés depuis mars

Reste qu'en prenant en compte une période plus longue, et donc plus fiable pour en tirer des conclusions, allant du mois de mars à la fin octobre, une surmortalité par rapport à la même période en 2019 est toujours constatée.

C'est notamment le cas pour les personnes âgées. Pour les plus de 75 ans, cette surmortalité est ainsi de +7% en Haute-Corse, et +26% en Corse-du-Sud. Une hausse des décès cumulés qui semblent, dans cette situation, directement liée à la Covid-19.

Au 6 novembre, on déplore 39.865 décès de la Covid-19 en France. En Corse, 104 personnes sont décédées de la maladie (89 à l'hôpital, 15 en Ehpad), dont 27 depuis le 13 septembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société décès