Covid : le taux de reproduction du virus en Corse est le plus important de France

Le taux de reproduction du Covid en Corse, appelé “R effectif” et qui indique le nombre moyen de personnes contaminées par un porteur du virus sur sept jours, est le plus important de toute la France. Un signe de l’accélération de l’épidémie sur l’île.

Le port du masque s'est généralisé en Corse depuis août.
Le port du masque s'est généralisé en Corse depuis août. © Lionel VADAM/MaxPPP
Faut-il y voir un signe irrémédiable de l’accélération de l’épidémie de Covid-19 en Corse ? Les derniers chiffres publiés témoignent d’une situation préoccupante. Et d’une propagation rapide du virus sur l’île.

Selon les données du ministère de la Santé et des Solidarités, le nombre de reproduction du Covid en Corse, appelé “R effectif” et qui est une estimation du nombre moyen de personnes contaminées par un porteur du virus sur les sept derniers jours, est le plus important de toute la France.
Avec un nombre de reproduction effectif à 2, c’est à dire qu’une personne contaminée en contamine deux, l’île présente le taux de reproduction le plus important de tout le territoire - entre 1 et 1,5 pour le seuil de vigilance, et plus de 1,5 pour le seuil d’alerte.

Ce R effectif désigne le nombre de reproduction pendant la crise, et ne doit pas être confondu avec le R0, qui indiquait le nombre de reproduction initial en début d’épidémie.

Un taux de reproduction plus important qu'à Paris

La Corse est donc placée en rouge, comme le Grand Est où le R effectif se situe à 1,6, alors que le R effectif en Ile-de-France n’est que de 1,3. Et pourtant, un couvre-feu a été mis en place en région parisienne comme dans huit métropoles, où le R effectif est inférieur à 1,5.

“Lorsque le nombre de cas est faible, ce nombre (R effectif) est particulièrement sensible aux variations, même faibles, du nombre de cas”, peut-on lire sur le site du ministère de la Santé. Si cette donnée ne doit pas être surinterprétée, elle témoigne quand même d’une situation qui se dégrade en Corse.

La situation est en train de changer dangereusement"

Laurent Carlini, médecin-urgentiste à l’hôpital d'Ajaccio

Alors que les préfectures de Corse-du-Sud et de Haute-Corse ont pris de nouvelles mesures ce week-end et rappelé que la situation sanitaire se dégradait, le médecin-urgentiste à l’hôpital d’Ajaccio Laurent Carlini a fait état d’une “situation qui est en train de changer dangereusement”, samedi sur le plateau du Corsica Sera.

Il se dit “très inquiet” et explique qu’il faut se fier “au taux d’incidence, mais aussi au taux d’hospitalisation”. Et que disent ces chiffres ? 

La Corse encore loin du seuil d'alerte en réanimation

Au 16 octobre, les taux d’incidence - c'est-à-dire le nombre de personnes positives pour 100.000 habitants - en Corse approchent la barre des 200, alors que le seuil d’alerte se situe à 50.* Il atteint 180,4 en Corse-du-Sud au 15 octobre et 184,4 en Haute-Corse - à titre de comparaison, le taux d'incidence se situe à 416,8 à Paris.
Le volet sanitaire est moins alarmant à l’hôpital : avec 41 hospitalisations en Corse (14 en Corse-du-Sud, 27 en Haute-Corse) et un taux d’occupation des lits en réanimation à 33,3, les hôpitaux sont encore loin du seuil d’alerte situé à 60% de lits de réanimation occupés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société